MONS

Nova Mons: le collège communal favorable au projet, au grand dam des opposants

Nova Mons: le collège communal favorable au projet, au grand dam des opposants

Le projet Nova Mons, la Ville est favorable. Les citoyens opposés au projet grincent. Nova Mons

Le collège communal s’est prononcé favorablement au projet immobilier qui doit transformer la friche Belgacom en plein centre-ville.

Nova Mons, c’est le projet qui doit transformer la friche Belgacom et la place Bootle en un nouveau quartier composé de 7 immeubles comprenant notamment 131 logements, 94 kots et 6 000 m2 de bureaux. Tout cela à une centaine de mètres de la Grand-Place.

Ce projet a ses nombreux opposants, à en croire une pétition transmise le 6 mai dernier au collège communal. 987 personnes ont signé ce document porté par le Collectif Cœur Urbain de Mons, afin de faire pression sur le collège amené à rendre un avis.

Sans succès: celui-ci a pris position le 20 mai dernier et a rendu un avis favorable au projet, apprend-on aujourd’hui. Un avis qui va à l’encontre de celui de la CCATM (Commission communale d’aménagement du territoire).

«Deux personnes seulement ont voté pour le projet au sein de la CCAT, m’a-t-on rapporté, ce qui veut dire qu’il y avait un consensus assez large pour voter contre», s’insurge Étienne Poulet, représentant du Collectif Cœur Urbain de Mons.

Il s’agit juste d’un projet de spéculation immobilière sans aucune vision

S’il est amer, il n’est pas surpris par la décision du collège communal. «On savait que le collège se prononcerait pour, car la majorité veut ce projet contre vents et marées. C’est assez invraisemblable. Même sans avoir fait des études d’architecture, on voit bien que ça ne va pas aller, que ce projet n’est pas adapté pour le centre-ville. Il s’agit juste d’un projet de spéculation immobilière sans aucune vision; il n’est pas intégré à un plan de rénovation urbaine, à un plan de circulation… Son impact sur le quartier n’a jamais été discuté.»

Où est la démocratie participative?

Le Collectif déplore aussi un dialogue inexistant avec les autorités. «Les membres du Collège n’ont même pas accusé réception de cette pétition et refusent depuis plus d’un an le contact et le débat sur ce dossier», de quoi poser question «quant à la démocratie et au débat citoyen sur l’avenir de ce morceau de ville et bien d’autres», s’insurge-t-il.

Officiellement, les jeux ne sont pas encore faits: le dossier est maintenant dans les mains des services de l’administration régionale et le fonctionnaire-délégué de la Région wallonne doit rendre son avis. Mais Étienne Pollet s’attend à ce qu’il soit favorable. Car au préalable, le dossier est passé devant la cellule des investisseurs, un organe qui permet aux porteurs de projets de calibrer ceux-ci suivant ce que la Ville en attend.

«Le fonctionnaire-délégué siège dans cette cellule qui avait déjà donné un avis favorable.» Si cela n’engage a rien, le collectif a l’impression que tout est déjà joué.

Et de prédire que, «dossier litigieux oblige, une décision est attendue durant les vacances d’été.»


Nos dernières videos