LIÈGE

Insolite à Jupille: AB InBev transforme ses eaux usées en eau potable, soit l’équivalent d’une piscine olympique par jour

Insolite à Jupille: AB InBev transforme ses eaux usées en eau potable, soit l’équivalent d’une piscine olympique par jour

Le bourgmestre de Liège Willy Demeyer a visité la station d’épuration de la brasserie AB InBev et y a goûté l’eau purifiée en eau potable. EdA Thomas LONGRIE

À Jupille, les eaux usées de la brasserie AB InBev sont purifiées en eau potable. Et d’autres efforts sont consentis pour minimaliser son impact sur l’environnement.

«En tant que leader mondial du brassage, AB Inbev entend l’être dans d’autres domaines, notamment en terme d’écologie et d’économies d’énergie.» AB Inbev poursuit ses actions pour minimaliser son impact sur l’environnement, comme l’explique Steven Van Belleghem, le directeur de la brasserie de Jupille. L’usine réduit, en effet, au maximum sa consommation d’eau pendant le processus de brassage, pour donner une seconde vie à l’eau utilisée. Le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, a pu s’en rendre compte ce vendredi après avoir visité la vaste installation de réutilisation d’eau d’AB InBev, dans le cadre de la Journée mondiale de l’environnement.

On a opté pour une unité de réutilisation de l’eau il y a un an et demi plutôt que de continuer à rejeter les effluents dans la Meuse.

Insolite à Jupille: AB InBev transforme ses eaux usées en eau potable, soit l’équivalent d’une piscine olympique par jour
«L’objectif est de réduire notre consommation d’eau par hectolitre de bière produite, mais aussi de réduire l’empreinte technologique. De la sorte, on n’est pas obligé de pomper l’eau de la nappe phréatique et de l’assécher.» Eda Thomas LONGRIE
«On a opté pour une unité de réutilisation de l’eau il y a un an et demi plutôt que de continuer à rejeter les effluents dans la Meuse», souligne Benjamin Malpas, le responsable des projets sur le site de Jupille et des projets d’investissement. L’installation permet au site jupillois d’utiliser 100 m3 /h de ses effluents (sur 160), «soit l’équivalent d’une piscine olympique par jour», selon Frédéric Lecler, le responsable de la maintenance, du brassage et de l’énergie.

«L’objectif est de réduire notre consommation d’eau par hectolitre de bière produite, mais aussi de réduire l’empreinte technologique», précise Benjamin Malpas. «De la sorte, on n’est pas obligé de pomper l’eau de la nappe phréatique et de l’assécher.» Les pompages en eau dans la nappe phréatique proche ont diminué d’un quart. «Avant, on consommait 5 hectolitres d’eau pour faire un hectolitre de bière. L’objectif de cette année est fixé à 3,2 hectolitres et on espère arriver à 2,5 pour 2025.» Soit une réduction de moitié des besoins en eau de l’usine jupilloise. En un an et demi, le site de Jupille, en collaboration avec De Watergroep, a ainsi purifié quelque 400.000 m3 d’eau, soit l’équivalent de 160 piscines olympiques.

De l’eau bientôt utilisée pour arroser les plantes de la Ville?

Cette eau, bien que potable, est uniquement utilisée pour des applications techniques dans la brasserie. Comme pour le nettoyage des installations, dans la lubrification des convoyeurs afin de faire glisser les bouteilles et dans le processus de pasteurisation.

«Techniquement, on pourrait utiliser cette eau pour la boire ou pour la fabrication de la bière, mais ce n’est pas à l’ordre du jour. Bien qu’il ne faille jamais dire jamais», insiste Steven Van Belleghem, directeur de la brasserie Jupille.

À Louvain et à Hoegaarden l’an dernier, les agriculteurs ont pu collecter l’eau des brasseries en remplissant chaque jour leur camion-citerne afin de l’utiliser pour irriguer leurs champs. «On est en discussion avec la Ville de Liège pour lui donner le surplus pour arroser les fleurs, voire pour d’autres fonctionnalités.»

Lors de la fermeture des établissements horeca, le système naturel d’épuration des eaux a été utilisé pour purifier la bière périmée et ensuite la décharger dans la Meuse. «L’eau est l’un des principaux ingrédients de la bière. En purifiant la bière périmée, nous agissons conformément aux normes environnementales requises en matière d’eau et nous pouvons la rendre à la Meuse», conclut Steven Van Belleghem.

2.000 panneaux photovoltaïques supplémentaires cette année

AB InBev souhaitait montrer une partie de ses efforts pour minimaliser son impact sur l’environnement. Des milliers de panneaux solaires équipent les toits des usines de Louvain, Hoegaarden et Jupille. Sur les toits de la logistique et du conditionnement du site liégeois, 8.000 panneaux y sont installés permettant de produire de l’électricité pour l’équivalent de 200 foyers par an. Le dispositif sera complété cet été par 2.000 panneaux supplémentaires. Le biogaz intervient également comme source d’énergie durable. «On a un système de cogénération en biogaz en cours d’installation avec deux chaudières, ce qui nous permettra de bénéficier d’électricité et de chaleur», conclut le directeur. Ces initiatives font partie des objectifs de durabilité globaux affichés par AB InBev pour 2025.

Insolite à Jupille: AB InBev transforme ses eaux usées en eau potable, soit l’équivalent d’une piscine olympique par jour
© Eda Thomas LONGRIE


Nos dernières videos