JOGGING

Une Châtelettaine bien différente

Une Châtelettaine bien différente

Quelques runners se sont aventurés sur le vrai parcours de la Châtelettaine. ÉdA – 501424162354

Si quelques-uns ont fait le vrai parcours, la plupart ont couru depuis leur domicile. Inévitablement, les courses virtuelles s’essoufflent.

Comme ce fut le cas pour le jogging de la Principauté de Chimay récemment, la Châtelettaine, autre manche du challenge Delhalle, s’est déroulée sous le fameux format «virtuel». Les runners avaient trois jours, les 22, 23 et 24 mai, pour courir les distances de la course, à savoir 7 km ou 14 km, depuis leur domicile ou du lieu de leur choix. Un concept qui a rencontré un large public en plein confinement mais qui, à l’heure où les courses par vagues commencent à se généraliser, semble avoir lassé les runners. En effet un essoufflement a été constaté d’étapes en étapes dans le challenge: s’ils étaient encore 465 inscrits à Ham-sur-Heure pour le Val d’Heure en mars, ils n’étaient déjà plus que 174 à Chimay en avril. Et pas beaucoup plus pour cette Châtelettaine.

D’ailleurs, pour la course des Forges de la Forêt d’Anlier à Habay, les départs devraient se dérouler par vagues. Et les inscriptions s’en trouvent boostées. «Nous ne visions évidemment pas une participation similaire aux éditions précédentes, comme lorsque notre Châtelettaine se déroulait normalement, indique Bernard Vannoorenberghe, le président du Road Runners Team Châtelet. L’objectif était surtout de récolter des fonds, via les inscriptions, pour l’association ELA que nous soutenons: nous avons pu récolter environ 1 000 euros. Et un autre but était de ne pas nous faire oublier! Cette Châtelettaine virtuelle nous a offert une petite visibilité, certes moins grande qu’auparavant, mais tout de même importante.»

Il était fortement déconseillé aux runners de se rendre jusque’à Châtelet. «Nous savons toutefois que quelques personnes sont venues, mais la plupart ont en effet fait l’une des distances depuis leur domicile comme cela avait été demandé. Le club de Vimoutiers, avec le lequel le RRT Châtelet entretient des liens forts, s’est ainsi prêté au jeu.»

Les participants pouvaient, s’ils le désiraient, faire parvenir leur chrono pour figurer ainsi dans le classement général. Il fallait transmettre à Chronorace sa trace GPS à travers l’application Strava au plus tard le 24 mai à minuit: une formule ramenant le temps à l’équivalent d’un dénivelé zéro était appliquée. Plus d’une semaine après l’événement, ce classement n’a toujours pas été établi…


Nos dernières videos