ARLON

Décès du doyen Jadot, l’homme du vivre ensemble

Décès du doyen Jadot, l’homme du vivre ensemble

L’abbé Jean-Marie Jadot est décédé ce lundi 24 mai. eda-

Le doyen Jean-Marie Jadot est décédé à l’âge de 73 ans. En 25 ans, il a marqué le chef-lieu par son ouverture d’esprit.

Ce lundi de Pentecôte, l’abbé Jean-Marie Jadot est décédé à l’âge de 73 ans. La nouvelle laisse plus d’un sous le choc à Arlon et dans le clergé. Le prêtre avait aussi marqué de son empreinte Gembloux et Ciney.

Même si on savait l’homme malade, son décès à l’auberge du Viviers à Habay, c’est le départ d’un homme d’ouverture.

S’il y a bien quelqu’un qui a marqué le dernier quart de siècle à Arlon, c’est le doyen Jadot. Le religieux avait su donner le ton dans le chef-lieu. Que ce soit dans son ministère, mais aussi dans la société civile où cet Aubangeois avait su fédérer. C’est assurément, l’élément que chacun souligne.

Pour ceux qui ont côtoyé l’ancien doyen, c’est son art de mettre les gens ensemble qui revient en premier. Cet intellectuel avait compris que le monde chrétien avait changé, il avait donc perçu la nécessité et la force des laïcs. Homme d’initiative, il était souvent à l’impulsion, n’hésitant pas à lancer les idées et à laisser les mettre en place par d’autres.

Un credo dans sa paroisse Saint-Martin, très active, mais aussi plurielle dans les tendances. Dès son arrivée, le charismatique Jean-Marie avait irradié d’un dynamisme au sein d’équipes liturgiques, de prières, etc. Il a mis aussi toute son énergie et ses réseaux pour donner une dimension plus en phase avec le monde. Actif dans sa ville, il était membre du Lion’s club, avait une implication de cœur avec l’Institut Notre-Dame, il faisait partie du PO.

L’Arlonais aimait le beau, l’art, et son église lui doit beaucoup. Bon communicateur, il avait compris l’importance de parler du travail de ses paroissiens. A la base de projets comme le Marché de la solidarité, le jumelage avec la paroisse de Lokolama au Congo, les 24 heures, la restauration de l’église, ... Sans omettre des manifestations culturelles comme des spectacles.

Et surtout, ne pas oublier son souci pour le dialogue entre les religions et avec la laïcité, ce dont il était le plus fier «Je suis heureux qu’on ait pu ouvrir le dialogue avec les autres religions et la laïcité. C’est un travail d’équipe. C’est créer un climat positif dans le relationnel.», nous disait-il.

Au-delà des convictions, l’abbé Jadot laisse le souvenir d’un prêtre écouté, mais qui écoutait aussi.


Nos dernières videos