CORONAVIRUS

L’antenne de vaccination locale ouvre à Saint-Josse: «Nous ne voulons pas un one shot»

La Cocom lance ce 20 mai son projet-pilote à Saint-Josse. Le but: augmenter la couverture vaccinale des populations vulnérables de Bruxelles. Une expérience similaire se déploie à Molenbeek.

Les services du Collège réuni de la Commission communautaire commune (Cocom) ont lancé ce 20 mai, en partenariat avec la commune de Saint-Josse-ten-Noode, un projet-pilote visant à augmenter la couverture vaccinale des populations les plus vulnérables dans la Région-capitale. Une expérience similaire se déploie à Molenbeek.

À Saint-Josse, l’antenne de vaccination locale, ouverte à la salle des Sports Nelson Mandela, située rue Verte, était vivement souhaitée par le bourgmestre, Emir Kir, pour rendre la vaccination plus proche des citoyens et renforcer la sensibilisation à celle-ci.

À Bruxelles, on constate de fortes disparités entre les taux de vaccination des différentes communes de la capitale. Pour les 65 +, on a ainsi observé dans celles qui ont un profil socio-économique moins avantageux – en gros celles de la première couronne -, des taux de couverture vaccinale inférieurs aux 70% jugés indispensables par les autorités sanitaires pour atteindre une immunité collective

Deux ou trois fois par semaine

L’antenne de vaccination locale ouvre à Saint-Josse: «Nous ne voulons pas un one shot»
À Saint-Josse-ten-Noode, on vaccine les jours de marché. Photo News
En misant sur la proximité et la relation de confiance entre la population et les autorités communales, les deux antennes ont été pensées comme un dispositif complémentaire à la stratégie générale de vaccination. Il ne s’agira pas de centres de vaccination supplémentaires. Si l’expérience est concluante, ils ne devraient pas être ouverts plus que deux ou trois fois par semaine, si l’on en croit la responsable du service d’hygiène de la Cocom, Inge Neven.

Les deux antennes ont été ouvertes à l’occasion de la tenue hebdomadaire de marchés, sources potentielles de contacts avec la population locale. À Molenbeek, 150 vaccins ont été réservés pour cette première journée; à Saint-Josse, 120.

Kir veut tripler les vaccins

Comme il l’avait confié à L’Avenir, le bourgmestre de Saint-Josse Emir Kir répète son souhait de voir la quantité de vaccins réservés à cette initiative tripler d’ici jeudi prochain. Selon lui, l’expérience porte ses fruits. À mi-journée, la moitié du nombre de personnes susceptibles d’être vaccinées dans l’antenne locale en fonction du stock disponible s’y était déjà rendu.

«Nous ne voulons pas d’une opération one shot. Nous voulons aller plus loin et procéder de la sorte progressivement jusqu’aux jeunes de 18 ans. On constate que les populations aisées s’en sortent avec les applications. Deux tiers des gens qui se rendent à l’antenne, après avoir été contactées par les acteurs locaux n’ont ni mail, ni GSM», a-t-il commenté.

Pour le bourgmestre, l’expérience démontre que la confiance de la population dans les services de proximité joue un rôle important dans la sensibilisation à la vaccination. Kir demande par conséquent de disposer des listes des personnes domiciliées dans sa commune qui n’ont pas répondu au courrier de la Région les invitant à se faire vacciner.

Sensibilisation plus large

Selon Inge Neven, ce projet s’inscrit dans une démarche plus large de sensibilisation locale à la vaccination. Les personnes éligibles sont prioritairement les habitants locaux mais aussi des autres communes bruxelloises de 65 ans et plus, ainsi que les personnes porteuses de comorbidités – deux groupes vulnérables – qui n’ont pas encore entrepris de démarche pour leur vaccination et qui n’ont donc pas encore reçu de première dose de vaccin.

Les habitants de la Région-capitale âgés de 46 ans ou plus peuvent également se faire vacciner. Sur base des résultats de ce projet-pilote et en fonction de la couverture vaccinale des publics fragiles dans les différentes communes bruxelloises, des initiatives pourront être entreprises telles que des points d’inscription à la vaccination ou des actions de sensibilisation locales ciblées. L’objectif étant d’atteindre un taux de vaccination de 80%.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos