BRUXELLES

La cup est pleine: la start-up Tulipal lance un nettoyeur portable pour coupe menstruelle

La cup est pleine: la start-up Tulipal lance un nettoyeur portable pour coupe menstruelle

Lucas Secades et Julia Thieffry sont les cofondateurs de Tulipal. Leur nettoyeur de cup menstruelle doit faciliter la vie aux personnes menstruées qui font le choix d’une protection plus écolo. Le duo lutte aussi pour démystifier les tabous autour des règles. ÉdA – Julien RENSONNET

La start-up bruxelloise Tulipal va lancer un nettoyeur portable pour cup menstruelle. Ce dispositif écolo et malin est mis au point par un duo juste sorti de l’ULB. Il résout un problème criant: 70% des utilisatrices de cup ne disposent d’aucun évier privatif hors de chez elles.

«Lors d’un voyage en Guadeloupe, j’étais pas en confiance: l’eau n’est pas potable là-bas. Alors partout où j’allais, je prévoyais de l’eau en bouteille pour pouvoir rincer ma cup avec mon nettoyeur portable. C’était un soulagement».

Julia Thieffry fait partie des quelque 8 à 10% de personnes menstruées à utiliser la coupe menstruelle (ou «cup») en Europe (*). Et des 26% d’étudiantes de l’ULB à la porter (**). Désormais, à côté de la gourde, le sac de cette jeune Bruxelloise conscientisée à l’écologie contient donc un dispositif portable et écologique pour «nettoyer la cup en toutes circonstances». Même si les toilettes ne sont pas propres. Ou s’il n’y en a carrément pas.

La cup est pleine: la start-up Tulipal lance un nettoyeur portable pour coupe menstruelle
Le dispositif mis au point par Tulipal se transporte facilement et s’utilise sans évier à proximité. ÉdA – Julien RENSONNET

L’appareil a été développé par une équipe de recherche et développement dans un laboratoire d’ingénierie biomédicale. Il se présente sous la forme d’un poivrier ou d’une petite gourde. Voire d’un shaker. Après l’avoir pensé lors d’un exercice, Lucas Secades en a fabriqué plus de 500 versions sur les imprimantes 3D de Polytech. Désormais à Solvay, le Bruxellois a lancé la start-up Tulipal pour commercialiser son concept. Bien lui en a pris: Tulipal a remporté le prix de la start-up étudiante de l’année aux SESSY Awards 2021. Le crowdfunding publié pour soutenir son industrialisation cartonne. L’occasion de rencontrer le duo. Qui n’utilise aucun liquide bleu pour vanter son produit: chez Tulipal, qui fait de la démystification des règles son cheval de bataille, le sang est rouge… sang.

(*) Estimation Tulipal

(**) D’après le sondage que Tulipal a mené auprès de quelque 400 personnes de l’ULB, 26,3% utilisent la cup pour 31,7% la serviette jetable et 23% le tampon jetable. 11,9% utilisent des culottes de règles. Le reste se répartit entre papier-toilette/essuie-tout, éponge et serviette lavable.

+ INFOGRAPHIES | Tampons et serviettes : les chiffres en Belgique (2016)

1Pourquoi ce nettoyeur portable pour la cup?

La cup est pleine: la start-up Tulipal lance un nettoyeur portable pour coupe menstruelle
Le système est simple et désormais breveté. Il a été mis au point par Lucas Secades lors de ses études à Polytech ULB. Il a été rejoint par Julia Thieffry, elle-même sortie de l’ULB comme bio-ingénieure. Tulipal, la start-up medtech que le duo a lancée, a été primée en avril 2021. ÉdA – Julien RENSONNET

Selon ses concepteurs, le frein principal à l’utilisation de la coupe menstruelle, c’est son nettoyage et sa stérilisation. Tulipal assure que «deux tiers des utilisatrices de la cup ne suivent pas les recommandations d’entretien». Lucas Secades: «La cup doit être nettoyée toutes les 6 à 8h selon les recommandations sanitaires. Ça veut dire 3 ou 4 fois par jour. À la maison, ça ne pose pas de problème. Mais à l’extérieur, ça alourdit la charge mentale des personnes qui l’utilisent».

Car comment faire au resto, à la salle de sport, au cours, en vacances ou en terrasse à Flagey? «Moi je suis utilisatrice de la cup», relaye Julia Thieffry, qui a rejoint Tulipal en septembre 2020 après son diplôme en bio-ingénierie. «Je m’étais souvent dit: “Qu’est-ce que c’est hyper contraignant quand je dois la nettoyer à l’extérieur!”»

Pour vérifier ces impressions, Tulipal a sondé le public de l’ULB lors d’une enquête qui a rassemblé quelque 400 réponses. Ainsi, la start-up peut affirmer que 71% des sondées n’ont pas accès à une toilette avec évier privatif lors d’une journée habituelle. «Moi, j’ai déjà passé des journées entières à chercher une toilette avec un évier privatif ici à l’université», opine Julia Thieffry.

2Comment ça marche?

L’utilisatrice remplit le nettoyeur d’eau avant de partir de chez elle. Ou juste avant d’aller aux toilettes. Une fois dans l’intimité, elle ôte sa cup et la place dans le nettoyeur. Le rinçage se fait simplement en secouant le dispositif, ou en actionnant son «joystick» pour manipuler la brossette en silicone qui y est insérée.

Notez que le nettoyeur est muni de deux couvercles. Le premier, plus large, permet d’insérer la cup. Le second se dévisse après le lavage pour évacuer l’eau usée, qu’on verse dans les toilettes. Détail qui tue: «Des aimants permettent d’accrocher les couvercles au dispositif, pour ne pas les déposer par terre ou ailleurs dans des lieux pas toujours propres». Très bien vu.

La cup est pleine: la start-up Tulipal lance un nettoyeur portable pour coupe menstruelle
Un second réservoir permet d’effectuer un 2e nettoyage après avoir versé les eaux de rinçage ensanglantées dans les toilettes. Tulipal

Malin aussi, le couvercle d’évacuation permet un «double rinçage»: il consiste en un petit réservoir d’eau qui est injectée dans le compartiment principal par une simple pression sur un bouton.

3Bientôt un nettoyeur-stérilisateur «2 en 1»?

Pour assurer une fabrication industrielle de son produit, Tulipal a lancé un crowdfunding, histoire aussi de «recevoir une certaine validation du marché». Ce, en plus des 250 personnes qui en sont ambassadrices et soutiennent le projet. «On a atteint les 100% initiaux en moins de 24h», se félicite Lucas Secades.

Tulipal dispose encore de deux semaines pour grossir sa cagnotte, réunissant 18.000€ ce 19 mai. «Si on atteint notre 3e palier fixé à 24.000€, on se lancera cet été dans la R&D d’une solution 2 en 1 qui combinera nettoyeur et stérilisateur», avance le fondateur.

La cup est pleine: la start-up Tulipal lance un nettoyeur portable pour coupe menstruelle
Tulipal planche désormais sur une solution qui permettra la stérilisation de la cup, nécessaire en début et fin de cycle. ÉdA – Julien RENSONNET

Car l’autre pépin avec la cup, c’est la stérilisation. Elle est nécessaire en début et fin de cycle. «Casserole d’eau bouillante ou micro-onde qu’on utilise aussi pour la nourriture: la barrière psychologique reste importante. C’est difficile aussi quand on est à l’hôtel», appuie le concepteur. Pour qui les solutions sur le marché ont en outre le défaut de ne pas être indépendantes des sources d’eau et de chaleur.

Aussi, l’idée de Tulipal est de développer une solution portable avec une résistance. L’objet se déposerait sur un socle, comme une brosse à dents électrique ou une bouilloire. «Cela permettrait de stériliser la cup dans notre dispositif via formation de vapeur d’eau bouillante», décrypte le duo, qui doit encore affiner son idée.

4Quel budget?

La cup est pleine: la start-up Tulipal lance un nettoyeur portable pour coupe menstruelle
Tulipal lutte aussi pour démystifier les tabous autour des règles. ÉdA – Julien RENSONNET

La solution de nettoyage Tulipal sera vendue «aux alentours de 30€». Et c’est promis, «sa durée de vie sera équivalente à celle d’une cup».

Ses défenseurs le répètent souvent: la cup est plus écolo et plus économique que les serviettes ou tampons jetables. Ainsi, Tulipal estime que sur 5 ans, la cup évite 1.365 tampons et leurs emballages et applicateurs. La cup elle-même coûte «entre 20 et 30€» sur 5 ans pour «environ 330€» pour les protections à usage unique. Soit «40 centimes par mois pour la cup».

Julia Thieffry et Lucas Secades sont bien conscients du défi que représente la précarité menstruelle. «Pour les personnes qui vivent dans la rue, la cup n’est évidemment pas la solution la plus simple», reconnaît la première. «Pour utiliser notre nettoyeur, il faut un accès aux points d’eau…» Par contre, Tulipal s’investit pour résorber la précarité liée au cycle dans le milieu universitaire. «C’est pourquoi on propose aux contributeurs du crowdfunding de soutenir un étudiant ou une étudiante précarisé en lui offrant une cup et un nettoyeur».


Nos dernières videos