CYCLISME

Victor Campenaerts satisfait par son top 10 dans la 8e étape du Giro: «J’ai souffert comme une bête»

Victor Campenaerts satisfait par son top 10 dans la 8e étape du Giro: «J’ai souffert comme une bête»

Le coureur belge a terminé l’étape à la 7e place. Photo News

Victor Campenaerts a tenté d’obtenir la victoire dans la 8e étape du Tour d’Italie samedi, mais il a terminé en septième position à Guardia Sanframondi.

Après 54 km seulement, un groupe de sept hommes, sans Campenaerts, a réussi à s’extraire du peloton. «Mais je voulais quand même y aller, alors j’ai sauté tout seul. Bon sang, j’ai souffert pour faire ce bond vers la tête. J’ai vraiment dû y aller à fond plusieurs fois pour tenter de revenir sur ces sept gars. J’espérais qu’ils attendraient. Malheureusement, ils ne l’ont pas fait. Donc j’ai fait un contre-la-montre pour être dans cette échappée. Wow, j’ai souffert comme une bête et tout ça pour que vous puissiez le voir à la télévision», a raconté Campenaerts.

J’ai eu beaucoup de mal, mais je me suis aussi amusé et je dois me satisfaire d’une place dans le top 10.

En fin de compte, Campenaerts a réussi à combler l’écart, mais en même temps, il savait aussi qu’il aurait du mal à s’imposer. «Je ne suis pas un grimpeur et l’arrivée était en pente. De toute façon, je voulais figurer dans une échappée, parce que j’ai déjà regardé le roadbook et en fait, il n’y a pas d’étapes pour les attaquants se terminant par une arrivée sur le plat. Oui, peut-être lundi, mais c’est pour les sprinters.»

L’arrivée étant en montée, le détenteur du record de l’Heure a donc tenté d’anticiper. Il a tenté sa chance à plusieurs reprises pour finalement prendre une avance de dix secondes avec Giovanni Carboni. «Ça a bien tourné, mais je savais aussi que je roulais pour la deuxième place. Ce gars grimpe très bien, je l’avais vu en cours de route.»

Carboni a débarqué Campenaerts à 2,3 km de la ligne et notre compatriote a ensuite été dépassé par plusieurs autres échappés. «Regardez, j’ai sauté dans la bonne échappée au début, j’ai roulé en tête dans le final et avec un peu plus de chance, je gagnais. J’ai eu beaucoup de mal, mais je me suis aussi amusé et je dois me satisfaire d’une place dans le top 10. Je n’ai pas réussi à le faire dans le contre-la-montre la semaine dernière», a conclu Campenaerts.

Kobe Goossens: «Ce n’était pas mon jour»

Kobe Goossens (Lotto Soudal) voulait se montrer dans ce Giro et il l’a fait samedi dans la huitième étape, qu’il a terminée à la sixième place.

«Ce n’était vraiment pas facile de sauter dans l’échappée du début. A l’arrivée, je n’avais tout simplement plus les jambes pour aller chercher la victoire», a expliqué Goosens. «Pour être honnête, je ne me sentais pas très bien au début de l’étape. J’ai attaqué plusieurs fois, mais c’était impossible de s’échapper. Le tempo était très élevé. J’ai eu du mal dans la première montée avant que ça ne s’améliore et que je ne rejoigne le groupe de tête.»

Ce groupe a rapidement accumulé sept minutes d’avance et Goossens n’est pas un mauvais grimpeur comme il l’a prouvé en remportant le classement de la montagne au Tour de Romandie. En cours de route, Goossens a récolté quelques points pour le classement de la montagne où il occupe la troisième place avec 18 points, soit huit de moins que le leader Gino Mäder. «Du coup, vous commencez à y croire. Mais lorsque nous nous sommes rapprochés de l’arrivée, je savais que ce ne serait pas mon jour. Je n’avais plus les jambes dans le final. Peut-être que je pourrais encore m’immiscer dans quelques autres échappées dans les semaines à venir. On ne sait jamais ce qui va se passer», a conclu Goossens.

Nos dernières videos