article abonné offert

TRAVAIL

Votre employeur peut-il vous fliquer?

Votre employeur peut-il vous fliquer?

Tout contrôle à distance doit être annoncé au préalable par l’employeur. phpetrunina14 - stock.adobe.com

Les logiciels informatiques rendent facile le contrôle en cas de télétravail. Voilà ce que prévoit la loi.

Depuis un an de télétravail, la question du contrôle à distance a eu le temps de poser. Votre employeur peut-il utiliser Teams ou Outlook pour vérifier que vous êtes bien actif sur l’ordinateur? Et les coups de fil, la lecture des dossiers, alors, il contrôle comment?

Heureusement, depuis le 26 janvier tout ça est balisé par une «convention collective de travail concernant le télétravail recommandé ou obligatoire en raison de la crise du coronavirus».

Les horaires

La convention précise que le télétravailleur gère l’organisation de son travail dans le cadre de la durée du travail applicable dans l’entreprise: les modalités des horaires ne changent pas, et la charge de travail reste équivalente à celle du travail en présentiel.

Quel contrôle?

La convention prévoit que l’employeur a la possibilité d’exercer, de manière adéquate et proportionnée, un contrôle sur les résultats et/ou l’exécution du travail.

Mais le télétravailleur doit en être informé, et savoir de quelle façon le contrôle est exercé. Attention, le contrôle s’effectue évidemment dans le respect de la vie privée du télétravailleur.

 

Instaurer une relation de confiance

Katleen Jacobs, consultante chez sdworx souligne qu’il est important pour l’employeur de donner des directives claires: il doit dire ce qu’il attend au niveau de l’activité et de la disponibilité. Le travailleur doit savoir quand il doit répondre directement à ses appels. « Idéalement, le contrôle doit être similaire à ce qu’on a quand on est au bureau. On ne contrôle pas toutes les 5 minutes! De même, remarquer qu’un travailleur est actif ou non ne signifie pas qu’il est forcément efficace. Même à la maison, on doit pouvoir faire des pauses, prendre un café…»

Pour la spécialiste, l’engagement moral entre employé et employeur est important: « Il faut un bon accord. Ce n’est pas un problème de fermer son ordinateur à 17 heures, de ne pas lire de mails le soir ou le week-end» elle reconnaît que le contrôle est possible, autorisé, mais elle ajoute: «il y a une relation de confiance à créer, ce n’est pas une bonne idée d’’être tout le temps derrière les travailleurs

 

Nos dernières videos