EUROPE

Les eurodéputés quitteront Bruxelles et retourneront à Strasbourg en juin, «sauf force majeure»

Les eurodéputés quitteront Bruxelles et retourneront à Strasbourg en juin, «sauf force majeure»

Les eurodéputés vont quitter Bruxelles dès juin. Photo News (Illustration)

Le Parlement européen prévoit de tenir sa séance plénière de juin à Strasbourg, où il n’a plus siégé depuis plus d’un an en raison de la pandémie, sauf en cas de «force majeure», a annoncé ce mercredi cette institution.

«Le président du Parlement européen David Sassoli a communiqué aux présidents des groupes politiques que, sauf force majeure, le Parlement européen sera de retour à Strasbourg pour sa session plénière de juin», a tweeté le porte-parole du Parlement, Jaume Duch.

«Un retour attendu et permis par l’évolution positive de la situation sanitaire», a-t-il ajouté. Il s’agira a priori d’une session en «format hybride», comme c’est le cas à Bruxelles, a précisé le service de presse de cette institution.

Le retour du Parlement à Strasbourg, son siège officiel établi par les traités, est réclamé depuis des mois par le gouvernement français et les élus locaux.

La session du mois prochain se tiendra du 7 au 10 juin. La prochaine, du 17 au 20 mai, se tiendra encore à Bruxelles.

Toutes les activités regroupées à Bruxelles?

Le Parlement européen n’a plus siégé à Strasbourg depuis février 2020 en raison de la pandémie. Ses sessions plénières mensuelles se tiennent en partie par visioconférence et en partie dans son hémicyle bruxellois, dans un format drastiquement réduit pour éviter les contaminations.

L’hémicycle strasbourgeois a accueilli dimanche la cérémonie de lancement de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, en présence du président français Emmanuel Macron, aux côtés de David Sassoli, de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et du Premier ministre Antonio Costa, dont le pays exerce la présidence tournante de l’UE.

En temps normal, les eurodéputés font le trajet jusqu’à Strasbourg une fois par mois pour des plénières de trois jours et demi au cours desquelles ils débattent des textes et les votent.

La tenue de ces plénières depuis plus d’un an à Bruxelles a conforté de nombreux eurodéputés qui souhaitent concentrer leur activité exclusivement dans la capitale belge. Ces élus dénoncent le coût financier et écologique de la transhumance mensuelle d’environ 2.500 personnes vers Strasbourg, et votent des résolutions réclamant un siège unique. L’unanimité est requise pour modifier les traités.


Nos dernières videos