EMPLOI

Les magasins de nuit menacent d’entamer des actions au lendemain du dernier Codeco

Les magasins de nuit menacent d’entamer des actions au lendemain du dernier Codeco

Les commerces de nuit menacent d’entamer des actions. BELGA

Les magasins de nuit et l’association qui les représente sont en colère au lendemain des récents assouplissements décidés par le Comité de concertation qu’ils accusent de ne pas avoir pris en compte leurs revendications.

Les night shops menacent d’entamer des actions et de saisir le Conseil d’Etat le cas échéant.

Selon les mesures actuelles, les magasins de nuit doivent encore fermer à 22h00 et leurs gérants qui y voient une forme de discrimination sont en colère.

Les magasins de nuit ont sollicité un rendez-vous auprès de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden. «Malheureusement, nous n’avons pas eu de réponse», selon Parmjeet Gurmeet de l’association belge des magasins de nuit. «Il est très regrettable que nous ne soyons toujours pas pris en compte lors de la mise en œuvre des assouplissements.»

Et de préciser que les terrasses pourront rester ouvertes jusqu’à 23h30 et que de l’alcool à volonté pourra y être vendu à partir du 9 juin. «De plus, le couvre-feu a été levé et les magasins des stations-service peuvent rester ouverts 24 heures sur 24. Les magasins de nuit ne sont pas autorisés à le faire.»

Ouvrir dès le 9 juin

Parmjeet Gurmeet souligne que les gérants de magasins de nuit sont en colère. «Nous voulons ouvrir nos portes à partir du 9 juin selon les heures d’ouverture habituelles, à savoir de 18h00 à 04h00. Sinon, il n’y aura plus de marge pour nous. Après tout, notre atout le plus important est la nuit», déclare Parmjeet Gurmeet.

Les magasins de nuit menacent d’entamer des actions si leurs revendications ne sont pas prises en compte. «Nous allons déposer une demande pour une manifestation en vue du prochain Comité de concertation», poursuit Parmjeet Gurmeet. Et dans le pire des cas, les magasins de nuit iront devant le Conseil d’Etat.

En septembre dernier, les exploitants de magasins de nuit avaient déjà dénoncé à Bruxelles l’heure de fermeture anticipée qui leur était imposée.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos