HERSEAUX

Charlotte Lippinois prend l’air à la Loggia

La pétillante trentenaire présente ses créations en textile aux visiteurs jusqu’au 30 mai, dans l’art-salon.

«Je suis originaire de Mouscron, j’y ai fait mes primaires et secondaires. Alors, exposer à la Loggia Dell’Arte, c’est trop chouette, c’est comme être invité à la maison», confie Charlotte Lippinois dans un de ces rires joyeux qui rythmeront notre entretien.

«Paule Duquesne, la maîtresse des lieux, m’avait déjà contactée avant la pandémie, mais mon travail étant surtout d’élaborer des scénographies, autour du textile, pour le théâtre, je n’avais pas la possibilité de présenter celles-ci sous forme d’exposition, explique la trentenaire, architecte d’intérieur et designer textile de formation. Le confinement m’a permis de lancer mon propre atelier à Bruxelles – où je réside – pour développer la production d’objets. Notamment en sérigraphie, une technique qui nécessite pas mal de matériel. Cela me plaît de travailler sur ces réalisations: un objet, c’est un bout d’art matérialisé, que le public peut amener chez soi. Cela permet de rappeler que derrière celui-ci, il y a une personne et du temps passé; cela permet aussi de s’interroger sur la valeur et les conditions de fabrication de ces objets que nous achetons pour rien…»

Des créations porteuses d’histoires

Des réalisations sorties des mains expertes de Charlotte Lippinois, il y en a surtout de trois types à Herseaux: éventails, kimonos et luminaires ont la part belle dans l’art-salon. « J’essaie de mettre une histoire derrière toutes ces créations», souligne l’artiste.

Une partie des luminaires est ainsi le fruit d’ateliers de crochet qu’elle a mené pendant six mois dans un home de Bruxelles, auprès de personnes atteintes d’Alzheimer.

Les kimonos, eux, sont issus de la marque «Premier Baiser» créée en collaboration avec Rose Alenne, une costumière bruxelloise. «On a choisi ce vêtement car il s’adapte à toutes les morphologies. Sur le fond comme sur la forme, on joue beaucoup sur les motifs, qui portent un message, féministe la plupart du temps. Quand une personne achète un de nos kimonos, elle achète aussi l’histoire de son dessin! Nous sommes ensuite passées à d’autres vêtements que les hommes puissent aussi porter. Tous sont réalisés de A à Z par nos soins, à partir de chutes de tissus de créateurs, de fins de série

Prendre l’air

Quant aux éventails en tissu, souvent hauts en couleur, c’est un projet développé par l’artiste en vue de cette exposition, la première qu’elle mène en solo.

«Ceux-ci résultent du mixage de différentes techniques, du travail du bois et de la sérigraphie, explique la Tournaisienne de naissance. Ils portent des messages qui me font sourire et j’espère faire sourire les visiteurs également. Ils sont une invitation à «prendre l’air» au sens propre, d’où le nom de l’exposition. Un titre qui porte en fait un double sens car il renvoie aussi au besoin de prendre de l’oxygène dans cette année où le secteur culturel est mis en pause, où nous, artistes, sommes dans l’attente de pouvoir re-créer ensemble. L’invitation de Paule à la Loggia m’a permis de respirer un peu…»

Exposition visible à la Loggia dell’Arte, 18, Impasse St Maur à Herseaux jusqu’au dimanche 30 mai, le jeudi et le samedi, de 14 à 19h, et, le dimanche, de 11h à 18h. Charlotte Lippinois sera présente sur place les dimanches. Inscriptions conseillées: https ://cally.com/p2xd3y6q5cq9ry8u


Nos dernières videos