BELGIQUE

Réactions après le Codeco: du soulagement, des sourires et des questions

Réactions après le Codeco: du soulagement, des sourires et des questions

Photo News

Le Comité de concertation lance à partir du 9 juin son «plan d’été», contenant plusieurs assouplissements des mesures sanitaires. Les réactions ont été nombreuses et positives.

 

Les cinémas soulagés de pouvoir rouvrir le 9 juin

 

Les exploitants de cinémas étaient plutôt heureux à la suite de l’annonce du Comité de concertation que leurs salles seront autorisées à rouvrir leurs portes dès le 9 juin, moyennant des protocoles de ventilation.

«Nous sommes soulagés de pouvoir enfin rouvrir après plus de 11 mois de fermeture cumulés», a réagi auprès de Belga Thierry Laermans, secrétaire général de la Fédération des cinémas de Belgique (FCB).

 

Nous sommes contents d’être avertis à temps

 

Les cinémas n’ont pu accueillir des spectateurs que lors d’une «pause de trois mois», pendant l’été, entre deux confinements imposés pour endiguer la propagation du coronavirus. Une fermeture qui a fortement pesé et qui prendra fin le 9 juin. «Nous sommes contents d’être avertis à temps, on espère que les détails des modalités seront aussi connus» suffisamment tôt, a déclaré M. Laermans. Il estime qu’il faudrait deux à trois semaines pour permettre aux exploitants de salles de cinéma, que son organisation représente, de se préparer. «Il faut constituer des stocks, recontacter le personnel et l’informer des nouvelles mesures...», illustre-t-il.

Selon les mesures annoncées par le Codeco, les salles de cinéma devraient pouvoir accueillir 200 personnes, limite fixée à tout événement intérieur, explique le secrétaire général de la FCB. «Beaucoup de salles n’arriveront pas à cette jauge car la distanciation physique limite de toute façon la capacité à 25 ou 30%.»

Les exploitants estiment par ailleurs que la consommation de nourriture et de boissons devra aussi être autorisée dans les salles. «Il n’y a pas de raison que l’horeca puisse rouvrir à l’intérieur et qu’on ne puisse pas manger du pop-corn et boire dans les cinémas», prévient M. Laermans. Le port du masque sera toujours exigé dans les salles mais la Fédération considère qu’il devra être possible de l’enlever pour manger.

Du côté de la programmation, le secrétaire général de la FCB assure qu’il y aura «des films pour tous les goûts».

 

Les prestataires de mariage, «très contents», saluent un «bond en avant»

 

À partir du 9 juin, les cérémonies de mariages pourront réunir jusqu’à 100 personnes à l’intérieur et 200 à l’extérieur, ce qui soulage les prestataires du secteur, fortement impacté par les confinements successifs.

«On est très contents, c’est le bout du tunnel», a réagi mardi auprès de Belga Alexandre Hames, président de la Fédération belge des prestataires de mariage.

Pour l’instant, les mariés peuvent célébrer leur union avec 50 personnes maximum à l’extérieur, chez un professionnel dédié, c’est-à-dire une salle de mariage, un restaurant... La fête à domicile n’est pas permise. Le 9 juin marquera un changement: les cérémonies de mariages pourront s’organiser avec 100 personnes à l’intérieur et 200 à l’extérieur, a annoncé mardi après-midi le Comité de concertation.

 

La crise aura fait beaucoup de mal, on a eu des difficultés à se faire entendre

 

Des réceptions réunissant maximum 50 personnes à l’intérieur pourront être prévues, en suivant les protocoles fixés pour l’horeca soit, pour l’instant, un maximum de quatre convives par table.

La jauge augmentera le 1er juillet, avec, pour les cérémonies, 200 invités en intérieur et 400 à l’extérieur. Les réceptions pourront, elles, accueillir 100 personnes assises dès le 1er juillet et 250 dès le 30 juillet. L’objectif est que plus aucune restriction ne s’applique pour ce genre d’événements dès le 1er septembre. Ces assouplissements sont conditionnés à l’évolution de la situation sanitaire.

«C’est le bout du tunnel», s’est réjoui Alexandre Hames, président de la FBPM, organisme fondé durant la crise sanitaire pour faire entendre la voix du secteur marital. «La crise aura fait beaucoup de mal, on a eu des difficultés à se faire entendre», a-t-il regretté.

Les soirées dansantes ne devraient pas pouvoir être organisées avant le 1er septembre mais au vu du «bond en avant» annoncé pour le 9 juin, cette limitation ne semble pas être une déception pour la Fédération. Celle-ci compte environ 450 membres mais veut représenter tout prestataire de mariage.

 

La FEB satisfaite de voir revenir un peu de personnel sur le lieu de travail

 

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) est satisfaite que les travailleurs puissent à nouveau se rendre sur leur lieu de travail. Le Comité de concertation a en effet décidé mardi que les employés pouvaient être actifs sur le lieu de travail un jour par semaine à partir du 9 juin. Le télétravail sera recommandé à partir du 1er juillet et perdra son caractère obligatoire.

 

Les effets négatifs du télétravail obligatoire à temps plein commencent à se faire sentir tant chez les employeurs que chez les travailleurs

 

«L’organisation d’employeurs est particulièrement satisfaite que (...) la possibilité de moments de retour sur le lieu de travail soit désormais prévue pour les télétravailleurs, car les effets négatifs du télétravail obligatoire à temps plein commencent à se faire sentir tant chez les employeurs que chez les travailleurs.»

En télétravail, «les travailleurs perdent le lien avec l’entreprise et leurs collègues, les exercices de réflexion stratégique sont reportés et il reste difficile de garder les jeunes débutants à bord dans un environnement numérique», ajoute la fédération patronale.

 

Pour l’UCM, les indépendants «voient le bout du tunnel»

 

Les indépendants et chefs de PME voient, cette fois, le bout du tunnel, a réagi l’Union des classes moyennes mardi après-midi.

 

Au moins une date précise existe, qui permet de se préparer à une reprise définitive

 

«Le timing est extrêmement prudent, trop peut-être sur certains points comme la liberté de shopping, qui aurait sans doute pu être rendue avant les soldes de juillet. Le 9 juin semble encore bien loin pour les professionnels de l’horeca, des salles de fitness, des agences de paris, etc. Mais au moins une date précise existe, qui permet de se préparer à une reprise définitive», estime dans un communiqué l’UCM pour qui «tout retour en arrière sur les engagements pris aujourd’hui serait inimaginable.»

L’organisation de classes moyennes insiste au passage pour que la question des aides fédérales et régionales «soit éclaircie au plus tôt». «Le chômage corona et le droit passerelle en particulier doivent être prolongés au moins jusqu’à la fin de l’année, tout comme les possibilités de report de paiement», estime l’UCM.

Selon l’organisation patronale, il est indispensable de donner à chaque entrepreneur la possibilité de faire ses comptes et de voir dans quelles conditions il peut relancer son activité. «Il sera nécessaire de prévoir un accès au crédit pour certains et de proposer un accompagnement», conclut l’UCM pour qui les sept derniers mois de l’année seront déterminants pour l’activité économique.

 

Le secteur événementiel se réjouit que le plan du Codeco «semble aller dans le bon sens»

 

Le plan présenté par le Comité de concertation semble «aller dans le bon sens», a réagi Bruno Schaubroeck de l’Alliance Belgian Event Federations, sur la Eén (VRT). Cet organisme rassemble les fédérations de différentes branches du secteur événementiel.

«Dans tous les cas, le plan semble donner une perspective claire à une grande partie du secteur», s’est réjoui M. Schaubroeck. Les organisateurs de conférences et salons peuvent ainsi se préparer à un vrai redémarrage après septembre tandis que les secteurs du mariage et de la musique «pourraient être économiquement rentables dès cet été».

 

Il nous reste encore quelques semaines avant de pouvoir redevenir rentables économiquement

 

Les assouplissements prévus dépendront de l’évolution de la situation sanitaire, ce qui est «certainement une préoccupation», a toutefois relevé M. Schaubroeck. «Il nous reste encore quelques semaines avant de pouvoir redevenir rentables économiquement et entre-temps, les chiffres doivent baisser. Mais la couverture vaccinale augmente très rapidement, ce qui est un très bon signe.»

Des bonnes nouvelles pour l’événementiel étaient en tout cas nécessaires après 14 mois de fermeture. «Il est important que ce plan soit mis en œuvre», a souligné M. Schaubroeck, ajoutant que le secteur travaillera à la mise en place de «bons protocoles».

Le Codeco a annoncé mardi qu’à partir du 9 juin, les événements pourront accueillir jusqu’à 200 personnes en intérieur et 400 en extérieur. La jauge augmente le 1er juillet pour pouvoir accueillir jusqu’à 2.000 personnes assises à l’intérieur et 2.500 en extérieur. Les événements pourront rassembler jusqu’à 3.000 personnes en intérieur à partir du 30 juillet et 5.000 en extérieur tandis qu’à partir du 13 août, des événements de masse pourront être autorisés à l’extérieur, moyennant la preuve d’une vaccination ou un test PCR négatif.

 

Le secteur du fitness espère une réouverture définitive

 

Les propriétaires de salles de fitness sont satisfaits de la reprise de leurs activités à partir du 9 juin et souhaitent que cette réouverture soit définitive, sans risque de devoir à nouveau fermer leurs portes, réagit Fitness.be. Selon la fédération sectorielle des centres de fitness, de nombreuses salles sont déjà équipées pour éviter la propagation du coronavirus.

Mardi, le comité de concertation a décidé que les salles de fitness pourraient rouvrir à partir du 9 juin, moyennant des protocoles relatifs à la ventilation et l’utilisation obligatoire d’un appareil de mesure de la qualité de l’air.

 

Nous espérons que les autorités s’y tiendront car une nouvelle fermeture serait très dommageable

 

Pour Philippe De Jaegere de Fitness.be, il s’agit d’une excellente nouvelle pour un secteur gravement touché par la crise et fermé depuis plusieurs mois. «Nous sommes très heureux qu’on nous offre enfin des perspectives. Nous espérons que les autorités s’y tiendront car une nouvelle fermeture serait très dommageable, ce n’est pas une option», prévient-il. «Nous recevons des témoignages difficiles car les professionnels doivent faire face à des frais importants, notamment pour les machines de musculation.»

Le secteur du fitness est d’ailleurs caractérisé par une économie lente, poursuit-il. La population ne reprendra pas immédiatement ses habitudes et un retour à la normale n’interviendra donc pas avant septembre ou octobre.

La fédération, qui regroupe plus de 400 membres, assure que les salles de fitness se sont préparées à cette reprise et qu’elles disposent déjà du matériel demandé. «La majorité des salles ont un système de ventilation mécanique», confirme Philippe De Jaegere.

Fitness.be souligne par ailleurs que ses membres contribuent à la bonne santé de la population et au renforcement de la résistance physique, particulièrement importants en cette période de pandémie.

 

«Heureux et reconnaissant de cette perspective réaliste», dit Tomorrowland

 

L’organisation de Tomorrowland est ravie que de grands festivals en plein air seront possibles à partir du 13 août. «Nous sommes très heureux et reconnaissants d’apprendre que le gouvernement fédéral a défini une perspective réaliste pour l’organisation d’événements majeurs», a déclaré la porte-parole Debby Wilmsen. Tomorrowland a reporté il y a près de deux mois son édition prévue en juillet aux week-ends des 27-29 août et 3-5 septembre, dans l’espoir que la situation sanitaire rendrait cela possible.

 

Nous sommes convaincus que nous pouvons faire de Tomorrowland un endroit sûr

 

«C’est une bonne nouvelle non seulement pour l’organisation, mais aussi pour les plus de 1.500 fournisseurs et leurs employés qui contribuent à Tomorrowland», poursuit Debby Wilmsen. «Nous allons maintenant étudier les lignes directrices et les paramètres fixés par le gouvernement, afin de pouvoir communiquer les bons scénarios et instructions. Avec une combinaison de vaccinations et de tests rapides, nous sommes convaincus que nous pouvons faire de Tomorrowland un endroit sûr et un festival que tant de gens attendent avec impatience depuis longtemps. Toutes les mesures et directives sont prises très au sérieux et tous les protocoles seront appliqués».

L’affiche de Tomorrowland 2021 sera dévoilée sous peu. Les 16 et 17 juillet, il y aura également une version numérique du festival, Tomorrowland Around The World. Adam Beyer, Armin van Buuren, Claptone, Nicky Romero et Tale Of Us en seront, notamment.

 

Comeos satisfaite pour les magasins et les restaurants

 

La fédération du commerce Comeos est satisfaite des mesures prises mardi par le Comité de concertation concernant les restaurants et les magasins. Les premiers sont autorisés à ouvrir leur espace intérieur dès le 9 juin, sous conditions, alors qu’il sera possible de faire des achats en magasin dans des conditions normales le 1er juillet.

«C’est une bonne chose que les limitations dans les magasins disparaissent complètement et qu’on puisse refaire du shopping de façon normale, comme nos clients apprécient tant le faire», commente Comeos.

 

Il faudra encore des mois avant que le secteur horeca ne relève la tête

 

La fédération représente également les chaînes de restauration et se réjouit donc de revoir des clients pénétrer à l’intérieur d’un établissement horeca dès le 9 juin. «L’unique ouverture des terrasses n’était pas rentable pour la plupart des propriétaires de restaurants. C’est un premier pas important et cela augure d’une reprise, mais il faudra encore des mois avant que le secteur ne relève la tête», conclut la fédération.

 

«Enfin une perspective pour le secteur de l’événementiel» (Sound Of Silence)

 

Sound Of Silence, l’initiative qui œuvre pour un redémarrage du secteur de l’événementiel, réagit avec satisfaction aux décisions du Comité de concertation de mardi. «Tous les cœurs de l’industrie de l’événementiel sautent prudemment de joie», dit-il. «Nous obtenons enfin la perspective réalisable que nous demandons depuis si longtemps.»

«Depuis près d’un an et demi, nous plaidons pour une perspective, pour une sortie de crise. Aujourd’hui, notre plaidoyer a enfin reçu une réponse et nous pouvons effectivement commencer à regarder vers l’avenir», dit-on encore du côté de Sound of Silence.

Sound Of Silence se rend compte qu’il y a encore des défis à relever. «Il faudra respecter les mesures pendant un certain temps encore. Ensuite, nous pourrons à nouveau exercer notre passion et nous pourrons proposer au public des événements où le plaisir et le fait d’être ensemble seront au centre».

 

Si nous ne voulons laisser personne de côté, notre secteur doit être stimulé davantage

 

Le secteur de l’événementiel «doit encore affronter des remous», souligne Sound Of Silence. «Les liquidités disponibles, trouver du personnel adapté, obtenir des prêts auprès des banques, un report de la TVA à notre redémarrage ... sont au nombre des défis. Si nous ne voulons laisser personne de côté, notre secteur doit être stimulé davantage».

 

Les casinos espèrent une heure de fermeture pas trop avancée

 

Les casinos se déconfineront le 9 juin, a décidé mardi le Comité de concertation. «Nous sommes heureux de pouvoir rouvrir mais nous attendons de connaître les critères de cette réouverture» avant de crier victoire, a réagi Marc Slabbinck, du Groupement des casinos belges.

Les conditions de réouverture des casinos n’ont en effet pas encore été communiquées en détail. M. Slabbinck espère que l’heure de fermeture imposée ne sera pas trop avancée. Les établissements ont eux-mêmes établi leur propre protocole et les casinos espèrent qu’il sera retenu pour leur réouverture.

Ce protocole stipule notamment qu’une prise de température de tous les clients sera effectuée à leur arrivée. Le nombre de personnes présentes dans les zones de jeu sera aussi surveillé et limité. Le port du masque y sera en outre obligatoire tandis que la consommation de nourriture et boissons y sera proscrite.

Les machines à jeux seront également placées à au moins 1,5 mètre de distance les unes des autres. Des plaques de plexiglas seront fixées entre chaque joueur assis à une table de jeu. Du gel hydroalcoolique sera aussi distribué en plusieurs endroits.

 

Les représentants des cultes satisfaits

 

Les présidents de l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), Mehmet Üstün, et du Consistoire israélite, Philippe Markiewicz, ainsi que le porte-parle de la Conférence épiscopale de Belgique, Tommy Scholtes, se sont tous les trois dits contents de la décision prise mardi par le Comité de concertation d’autoriser jusqu’à 100 personnes à l’intérieur et 200 personnes à l’extérieur lors des services du culte, mariages et funérailles à partir du 9 juin.

 

C’est une décision qu’on attendait et nous en sommes heureux

 

Philippe Markiewicz a félicité la décision positive du Codeco. «Il y a une amélioration, il faut la saluer et surtout espérer que la situation sanitaire évolue dans le bon sens. C’est ça l’essentiel», a-t-il réagi. «C’est une décision qu’on attendait et nous en sommes heureux», a de son côté commenté Mehmet Üstün. Tommy Scholtes s’est lui aussi dit content «de voir cette éclaircie arriver». Et d’ajouter: «Cent personnes à l’intérieur, c’est déjà bien. Quinze personnes, c’était vraiment très difficile et les formules avec 50 personnes dehors étaient très précaires».

Le porte-parole de la Conférence épiscopale de Belgique s’est néanmoins interrogé sur la raison pour laquelle les cultes n’avaient pas été associés à la culture, qui pourrait accueillir 200 personnes à l’intérieur (et 400 à l’extérieur, NDLR). «Je crois que les gens assis dans une église ne courent pas plus ou moins de risque que dans une salle de spectacle», a-t-il pointé, avant de relativiser: «c’est tout de même une satisfaction. Il faut tenir jusqu’au mois de juin, mais on le fera dans le sens de la responsabilité collective, pour respecter le déconfinement progressif».

Seules 15 personnes peuvent être présentes en même temps dans un lieu de culte en ce moment, peu importe la taille ou le nombre de pièces dans le bâtiment. Les enfants jusqu’à l’âge de 12 ans accomplis et le ministre du culte ne sont pas pris en compte. Depuis le 8 mai, les célébrations religieuses peuvent de nouveau se dérouler à l’extérieur avec 50 fidèles.

 

Le sport amateur se réjouit mais voudrait des précisions

 

Les activités de sport amateur seront autorisées pour 50 personnes à l’intérieur et 100 à l’extérieur dès le 9 juin, à l’exception des sports de contact. Et dès le jeudi 1er juillet, plus aucune limitation ne sera édictée pour le sport non professionnel.

«On se réjouit évidemment de voir arriver le 9 juin», déclare Serge Mathonet, directeur de l’AISF-AES, l’Association interfédérale du sport francophone, «mais en pratique, cela reste pour le moment relativement flou».

 

Une interrogation essentielle demeure concernant la ventilation

 

«Il va nous falloir des précisions pour ce qui est des protocoles. Ils devront être adaptés à ces nouvelles mesures dans un délai suffisamment grand pour que le secteur puisse les mettre en place sereinement. Une interrogation essentielle demeure concernant la ventilation et l’obligation de procéder à des mesures du taux de CO2 pour l’indoor», dit encore Serge Mathonet. «Que faudra-t-il prévoir pour les vestiaires, les douches? Que sera-t-il possible de faire? Nous attendons maintenant l’arrêté ministériel qui nous donnera des éclaircissements à ce sujet car nous devons nous organiser, prévoir un planning, rappeler des coaches. Tout ça ne s’improvise pas».

La définition de ce qui est un sport de contact n’est pas non plus totalement claire, selon le directeur de l’AISF-AES.

L’association espérait aussi que le sport en extérieur puisse reprendre plus tôt. De même que la date du 1er juillet - un jeudi - pour le début des stages n’est pas idéale, étant donné le fait qu’elle n’est pas en début de semaine. «Fin juin aurait été mieux», selon Serge Mathonet.

Pour les sports dont la saison se tient de fin août à mai/juin, cette reprise arrive trop tard mais pour d’autres disciplines, comme le tennis par exemple, on pourrait envisager des compétitions d’été, estime le patron de l’AISF-AES. «De manière générale, de mini-compétitions d’été serait une bonne chose afin d’encourager la reprise de la pratique sportive dans la perspective de septembre et de l’ouverture de la nouvelle saison».

En Flandre, chez Sport Vlaanderen, on relaie les mêmes demandes d’éclaircissements sur les protocoles à suivre et la définition d’un sport de contact.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos