MOBILITÉ

Dans le chantier du tunnel de 350m de la station Albert: «D’ici, on pourrait prolonger le métro vers Uccle»

Dans le chantier du tunnel de 350m de la station Albert: «D’ici, on pourrait prolonger le métro vers Uccle»

L’arrière-station du futur pôle multimodal Albert, à Forest, est en construction dans un espace gargantuesque de 350m de long sous l’avenue Jupiter. Elle permettra à la STIB de parquer 4 rames du futur métro 3 tous les soirs, afin de démarrer le service depuis cette station à l’extrême sud du réseau. ÉdA – Julien RENSONNET

Dès 2025, le pôle multimodal Albert accueillera le métro 3 et les trams 51 et 4. Il faut donc creuser 3 nouveau terminus dans la station. Visite de l’impressionnant chantier de la STIB, qui court sous l’avenue Jupiter.

C’est une petite structure métallique rouge à taille humaine. S’y fixe une poulie reliée à un siège, comme celui d’une balançoire. Un ouvrier y prend place et descend entre deux murs, dans un interstice d’un mètre de large. Quand le fauteuil remonte, il est vide: son occupant creuse désormais la terre à 6m de profondeur, sous l’avenue Jupiter à Forest. C’est là que se logera le futur terminus du tram 51, dans la station du métro 3 dont le chantier s’est ouvert à l’été.

Dans le chantier du tunnel de 350m de la station Albert: «D’ici, on pourrait prolonger le métro vers Uccle»
Les ouvriers élargissent le terminus du tram 51 sous l’avenue Jupiter, préfigurant le nouveau pôle multimodal forestois d’Albert. ÉdA – Julien RENSONNET

Avec le tunnel sous les voies de la gare du Nord à Schaerbeek, l’imposant ouvrage en cours à la station Albert est l’un des plus impressionnants préfigurant l’ouverture du métro nord-sud à Bruxelles. La halte forestoise, inaugurée en 1993, est en effet en pleine reconfiguration. D’abord, c’est le tram 51 qui doit s’y loger au -1 et plus au -2. Ensuite, c’est le métro 3 qui y sera accueilli au -2. Et enfin, la trémie «Albert» sous le boulevard du même nom sera adaptée pour ne plus accueillir que le tram 4, jusqu’à son terminus en provenance d’Uccle. Visite du chantier.

+ LIRE AUSSI | Le premier tunnel du métro 3 creusé sous Bruxelles-Nord : ce qu’il faut savoir sur ce chantier titanesque

 

 

1Le terminus du tram 51

 

Le tram 51, dévié pour l’instant entre Globe et Albert, viendra ultérieurement se loger sous l’avenue Jupiter après son parcours via chaussée d’Alsemberg et Altitude 100. Il y aura son terminus en provenance du sud et d’Uccle. «C’est ici que se tiennent les travaux de génie civil les plus importants», assure Nicolas Léonard, chef de projet à la STIB, sous les tonnes de béton en pleine transformation. En plus de couler une dalle séparant les niveaux tram et métro (lire ci-dessous), il s’agit en effet de «remonter et déplacer les égouts» pour permettre le passage du tram.

Dans le chantier du tunnel de 350m de la station Albert: «D’ici, on pourrait prolonger le métro vers Uccle»
Le terminus du tram 51 de la STIB sera le premier en service à Albert. ÉdA – Julien RENSONNET

Retour en surface. Au-delà des nouveaux tuyaux d’égouts de Vivaqua, on retrouve les ouvriers dans leurs «balançoires». Nicolas Léonard: «La largeur actuelle du tunnel ne permet pas d’y installer un quai. Nous devons donc décaler les parois». Pour ce faire, il faudra démolir l’ancien mur. Mais on construit d’abord le nouveau. «On utilise la technique de la “fouille blindée”. C’est une technique assez légère qui s’apparente à celle utilisée dans les mines: on coule d’abord le béton du mur extérieur puis on terrasse entre les deux parois. Ensuite, on démolit le mur existant».

Pour épouser l’étroitesse du tunnel, c’est un quai central qui y accueillera les voyageurs. Ce terminus du tram 51, 60m de long, sera le premier pan du nouveau pôle multimodal à être mise en service. Date prévue: début 2023.

 

 

2Le terminus du métro 3

 

Nous sommes maintenant à 12m sous la chaussée, dans l’ancien terminus du 51 désormais déserté par les voyageurs. L’endroit a reçu dès sa construction à la fin des années 80 l’amplitude nécessaire à l’accueil du métro. Seul un quai y était fréquenté par les usagers du 51. L’autre, dans le prolongement du «Chariot de mémoire» de l’artiste Jephan de Villiers que les usagers de la STIB connaissent bien, n’a jamais été exploité.

Dans le chantier du tunnel de 350m de la station Albert: «D’ici, on pourrait prolonger le métro vers Uccle»
Les quais du futur métro 3 peuvent déjà se deviner à la station Albert. ÉdA – Julien RENSONNET

Vidé de ses rails et du ballast, le tunnel semble immense. «L’installation existe depuis la fin des années 80. Il a été conçu pour voir le métro», rappelle Nicolas Léonard. «On y recrée les quais latéraux pour y installer le terminus du 3». Le chantier en cours vise à séparer les niveaux tram et métro d’une nouvelle dalle de béton, «comme dans le système Art-Loi». Les accès sont dédoublés pour relier chaque quai à chaque autre niveau de la station. Au total, 5 ascenseurs équiperont le pôle multimodal, dont 2 aboutiront immédiatement en surface.

La station permet aussi d’ouvrir un coin de voile vers le futur. En effet, son architecture souterraine permet d’imaginer un métro y filant vers le sud et Uccle. «C’est tout à fait possible», pointe le pole manager. Dans l’attente de cet hypothétique développement, l’immensité du site sera rentabilisée. «En démolissant les rampes du tram 4 (lire ci-dessous), nous disposons de 350m d’arrière-gare», mesure Nicolas Léonard. «C’est long. Il faut imaginer qu’on longe le parc de Forest sous l’avenue Jupiter pour atteindre quasiment l’avenue Louis Bertrand. Ce tunnel nous permettra de parquer 2 rames de métro sur chaque voie. De quoi y démarrer un service dès le matin».

Le basculement du tram 3 vers le métro est prévu pour 2025.

 

 

3Le terminus du tram 4

 

Au niveau -2, les pelles mécaniques font bien plus trembler les files du centre de test covid ouvert à la surface que le virus lui-même. Les échafaudages y sont comme la cage contenant la puissance des machines. Au loin surgissent les étincelles du métal raclant le béton. «Ce sont les anciennes rampes du tram 4 qui sont démolies», décrit Nicolas Léonard. «Avant, la trémie s’enfonçait en deux temps au -2. Désormais, on supprime la 2e volée et on adoucit la première rampe pour que le tram 4 puisse se loger au moins 1».

Dans le chantier du tunnel de 350m de la station Albert: «D’ici, on pourrait prolonger le métro vers Uccle»
Les ouvriers démolissent actuellement les rampes de la «trémie Albert»: le tram 4 sera donc conduit au niveau -1 et non plus -2. ÉdA – Julien RENSONNET

Le 4 sera en effet accueilli ici en provenance de Churchill via «la trémie Albert», sous l’avenue du même nom. Au -1, des fenêtres s’ouvrent dans les murs de la station actuelle. Si vous y pointez le nez, vous apercevez le vaste vide prévu d’origine où se logeront voitures et quais. «Deux grandes parois en verre encadreront les voies qui disposeront de quais extérieurs. Ces parois auront une triple fonction: protection contre l’incendie, garde-corps pour les passagers et expression artistique puisqu’une œuvre en sérigraphie y sera imprimée», précise le chef de projet de la STIB. Cette œuvre reprendra les écritures sur toile de Jephan de Villiers, qui ne pourront être réintégrées dans la future station.

Pour l’achèvement du chantier du tram 4 à Albert, il faut attendre la mise en service du métro 3. Cette seconde phase sera donc entreprise entre 2025 et 2027.

Dans le chantier du tunnel de 350m de la station Albert: «D’ici, on pourrait prolonger le métro vers Uccle»
Le terminus du tram 4 se dessine au niveau de l’accès de l’actuelle station des trams 3, 4 et 51. Vous pouvez le voir à travers les palissades de chantier de la vaste salle des guichets. ÉdA – Julien RENSONNET

 


Nos dernières videos