article abonné offert

HUY

PHOTOS | Huy: Les Hutois ont retrouvé les terrasses avec plaisir

Profiter du plaisir de sortir manger au restaurant ou boire un verre en terrasse, c’est de nouveau possible. On fait le point.

On y croyait plus mais la question: «On va boire un verre en terrasse ce week-end?», fait de nouveau partie de notre vocabulaire. Depuis ce 8 mai, le secteur de l’horeca reprend vie. Les clients prennent place en extérieur, les masques tombent et les mines se réjouissent en voyant le serveur arriver avec les cartes et menus. Comme une sensation de reprendre sa vie là où elle s’était arrêtée en octobre dernier. «Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu autant de monde au même endroit», sourit une hutoise à son groupe d’amis. À la table d’à côté, quelques motards lèvent leur verre après une balade dans le Condroz. «Après l’effort le réconfort», lance un membre du groupe. Les Belges retrouvent les plaisirs oubliés d’un verre en terrasse. Un premier pas vers un retour à la normale et un soulagement pour les cafetiers et les restaurateurs.

«Malgré le temps maussade, les gens sont au rendez-vous, se réjouit Christine Van der Straten Waillet, gérante de la brasserie «Le Littéraire» sur la Grand-Place. On fait en sorte de bien respecter et faire respecter les règles mais tout se passe bien. Les clients sont contents et prudents.»

Après 7 mois, retrouver l’ambiance des bars, bouillonnante parfois, chaleureuse toujours, et emplie d’une effervescence unique quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, a comme des allures de Saint Graal. Alors personne n’a plus envie de s’en séparer. «C’est important que chacun mette de l’eau dans son vin pour qu’on ne nous fasse pas refermer dans deux mois», confie la gérante.

Extension de terrasses pour l’occasion

Robin Tasseroul, quant à lui, a entamé son nettoyage de déconfinement il y a déjà plusieurs semaines en prévision de la reprise. Ouvert depuis le 6 mars 2020, soit 9 jours avant le premier confinement, le gérant du café «Le Léopold» attendait impatiemment la reprise: «Comme l’été dernier, on a pu compter sur la Ville de Huy. J’ai pu étendre ma terrasse pour mettre des tables supplémentaires. C’est agréable de sentir qu’on a le soutien des autorités locales mais aussi des clients qui sont bien présents aujourd’hui. On est contents de pouvoir retravailler, 7 mois c’est très long.» Pour la réouverture complète, il faudra cependant attendre début juin. Une réalité plus compliquée pour certains que pour d’autres. «Je pense que c’est plus facile pour les cafés que les restaurants car on n’a pas le souci des températures ou de la gestion des stocks. En Belgique on est fortement dépendant de la météo, analyse Robin Tasseroul. Finalement le plus compliqué, c’est de faire respecter les distanciations. On n’a pas envie de freiner nos clients car on comprend qu’ils ont envie de se retrouver mais nous, on doit se conformer aux règles.»

Pas évident pour tout le monde

Si le centre de Huy reprend vie, les établissements horeca plus éloignés ne font pas carton plein. Pour certains professionnels du secteur, cette ouverture partielle est perçue comme de la poudre aux yeux. «C’est assez triste et mort aujourd’hui, déplore le gérant d’un restaurant à Tihange. Il faut que tout puisse reprendre pas uniquement les extérieurs. C’est très difficile de prévoir. Aujourd’hui, j’ai fait venir tout mon personnel mais nous n’avons pas eu beaucoup de clients. Ça devrait se remplir davantage demain pour la fête des mères. La météo sera plus clémente.» En attendant le retour des beaux jours, d’autres ont fait le choix de travailler avec moins de personnel qu’habituellement. Ils sont sur le pont depuis ce matin mais la vitesse de croisière n’est pas encore atteinte pour le Vaudrée à Huy.

Normalement, nous travaillons à 10 temps pleins mais, en fermant à 22 heures, ce n’était pas possible de réengager tout le monde, regrette Johann Dewinter.

Pour certains, la vie a difficile de reprendre des couleurs. Et la date du 1er juin est attendue… Ou pas. «Je ne suis pas défaitiste mais je ne m’attends plus à rien, confie-t-il. On a trop souvent joué avec certains secteurs. On ne veut pas être logés à la même enseigne que les coiffeurs par exemple.» Et pour ne pas en arriver là, la vaccination devra se poursuivre et s’intensifier. Il ne restera alors plus qu’à choisir quel restaurant retrouver en premier. Mais, avec un peu d’optimise, la saison ne fait que commencer.

Maxime Modave - 33 ans - Comblain-au-Pont

PHOTOS | Huy: Les Hutois ont retrouvé les terrasses avec plaisir
C.Vi.-
«J’ai toujours travaillé dans l’horeca en parallèle de mon travail d’animateur socioculturel. C’est mon premier jour en tant que serveur au Vaudrée. Le secteur m’a beaucoup manqué surtout au point de vue personnel car j’aime le contact le contact et le partage avec les clients. L’Euro de foot va bientôt débuter mais on ne pourra pas regarder ensemble donc c’est un peu dommage. Aujourd’hui, il aurait fallu quelques degrés de plus mais les gens sont contents d’être là, c’est le principal.»

Dodeigne Manon - 26 ans - Verlaine

PHOTOS | Huy: Les Hutois ont retrouvé les terrasses avec plaisir
C.Vi.
«On attendait la réouverture du secteur avec impatience. J’ai réservé rapidement pour être sûre d’avoir une table car pour nous, c’était important de soutenir les professionnels de l’horeca. Je suis moi-même indépendante donc je sais ce que c’est. Malgré la météo, on voulait être présente pour ce premier jour de reprise. Tout a été mis en place pour respecter les règles tout en garantissant le confort des clients. Pour la suite, on attend le retour du beau temps et de pouvoir retrouver une vie sociale.»


Nos dernières videos