CULTURE

VIDÉO | Les confidences d’un humoriste confiné: «Ne faites pas le job à notre place, parce que ça devient frustrant»

Comme l’ensemble du secteur, Pierre-Emmanuel, alias PE, balade son spleen aux quatre coins de son appartement en espérant la réouverture prochaine des surfaces culturelles. Mais contrairement à d’autres, l’humoriste originaire de Jodoigne a réussi tant bien que mal à s’adapter durant la crise pour, de façon assez paradoxale, accroître fortement sa visibilité durant le confinement. Rencontre.

C’est à l’été 2017 que Pierre-Emmanuel, alias PE, connaît un déclic. À cette époque, il écume les petites scènes et présente même une série de sketches en marge du prestigieux festival d’Avignon.

«Je faisais du stand-up à l’ancienne, qui consiste à enchaîner sur scène une série de blagues, micro à la main, dans le simple but de faire rire, rembobine l’humoriste brabançon. Ce soir-là, à Avignon, il y avait deux sortes de réactions parmi les personnes qui quittaient le petit théâtre où je jouais: ceux qui avaient ri et ceux qui non seulement n’avaient pas ri mais qui en plus trouvaient que je ne racontais rien

Ces critiques qu’il subit de plein fouet en marge du plus fameux festival francophone des arts de la scène sonnent alors comme une révélation pour PE. «Depuis, je préfère raconter une histoire. Bien sûr, on continue de rire, mais j’essaye de jouer sur des émotions différentes, j’ai gardé cette structure de sketches, mais il faut que mes spectacles parlent de quelque chose

Contraint de s’adapter

Parler de quelque chose? Mais de quoi au juste? «Je raconte des histoires qui se rapportent directement à ma propre existence, mais qui vont résonner chez les gens qui viennent me voir sur scène. Je vais ainsi chercher mon public au départ de ma propre histoire et de ce que j’ai à raconter.»

Sauf que, en cette période de crise sanitaire, de fermeture des espaces culturels et de confinement social, PE n’a plus grand-chose à raconter puisqu’il ne se passe plus rien! Et c’est l’ensemble de son processus créatif , à l’instar de ce que vivent ses collègues humoristes, qui se retrouve remis en question depuis plus d’un an. Mais plutôt que de simplement déverser son spleen, PE a décidé dès l’été dernier de ne pas se laisser abattre et de, tant bien que mal, s’adapter à ce contexte si particulier: une réussite puisque, en douze mois, le nombre de ses fans sur Facebook a décuplé!



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos