MONS

Le textile montre les dents aux Anciens Abattoirs de Mons

Le textile montre les dents aux Anciens Abattoirs de Mons

L’art textile a bien évolué depuis la tapisserie de Bayeux, comme en témoigne «Textilités» aux Anciens Abattoirs de Mons. Ugo PETROPOULOS

L’art textile, ce n’est pas que de la tapisserie ou de la broderie décoratives. C’est ce que démontre «Textilités», une exposition qui ouvre les portes d’un univers sans frontières.

La Belgique a une longue tradition dans l’industrie et la manufacture du textile. Dans le champ artistique, ce support fit les beaux jours de l’art décoratif, à l’instar de la poterie, l’étain… comme nous le rappellent les décorations des maisons de nos grands-parents.

Aujourd’hui, la manufacture a disparu, les arts décoratifs ont fortement évolué, mais le textile est resté un support important pour l’expression artistique, comme en témoigne l’exposition «Textilités», qui s’ouvre ce dimanche 9 mai aux Anciens Abattoirs de Mons.

Au programme, plus de 60 œuvres qui regroupent 30 artistes contemporains belges autour d’un média: le textile. Mais ne vous attendez pas à assister à une exposition de jolies tapisseries, comme l’explique Denise Biernaux, fondatrice et directrice des Drapiers, une ASBL liégeoise d’art contemporain mettant l’accent sur les arts textiles.

«Ce qui m’intéressait, c’était la diversité et de parler des propriétés du textile dans l’art contemporain. J’ai choisi des artistes qui utilisent des matières, la symbolique et l’histoire du textile pour parler de ce dont ils ont envie. Loin de moi l’idée de parler d’art textile. Je regroupe des artistes contemporains de différents secteurs, du dessin, de la sculpture, de la vidéo…»

Une expo pas cousue de fil blanc

Et de quoi parlent-ils ces artistes?

Le textile montre les dents aux Anciens Abattoirs de Mons
Klaas Rommelaere revisite l’art de la tapisserie. Ugo PETROPOULOS
C’est très varié. Javier Fernandez va utiliser une technique de tissage pour partager sa passion de la couleur. Esther Babulik revisite les Dents de la mer en version tapisserie et vanneries. Tatiana Bohm va, de manière très iconoclaste, utiliser le textile pour faire part de son dégout de la guerre. Klaas Rommelaere revisite l’art de la tapisserie en version cartoonesque, en compagnie de personnes âgées. L’exposition part véritablement dans tous les sens, et si certaines œuvres peuvent laisser de marbre (c’est parfois abscons), d’autres interpellent.

«Textilités» prouve que le textile n’est pas tombé en désuétude auprès des artistes, que du contraire. «Cela fait quelques années que le textile reprend du poil de la bête et on commence à comprendre qu’à travers le textile il y a un tas de choses à faire et à développer. On parle d’art textile aujourd’hui. Avant, on parlait d’arts muraux. Cela montre comment la considération a évolué vis-à-vis de ce média», conclut Ornella La Vaccara, de l’ASBL organisatrice BeCraft.

Textilités, du 9 mai au 1 aout 2021 aux Anciens Abattoirs, rue de la Trouille 17/02, Mons. Infos: becraft.org.

Le textile montre les dents aux Anciens Abattoirs de Mons
De prime abord, ce vieux tapis découpé par l’artiste Tatiana Bohm ne paie pas de mine. Mais en changeant de perspective… Ugo PETROPOULOS


Nos dernières videos