FRASNES-LEZ-ANVAING

Des bovins maltraités et des cadavres d’animaux dans une ferme de Frasnes

L’association Animaux en Péril a été appelée à intervenir, ce vendredi matin, dans une ferme de la région de Frasnes-les-Anvaing. Deux bovins maltraités ont été pris en charge et des cadavres d’animaux ont été découverts.

Ce vendredi matin, la police des Collines et l’asbl Animaux en Péril sont intervenus dans une ferme, «aux allures de dépotoir», de l’entité de Frasnes-les-Anvaing.

Deux bovins maltraités et lourdement négligés ont été sauvés par l’association de protection animale d’Ath. «Arrivée sur place, l’équipe des soigneurs professionnels du refuge est atterrée, relève le président de l’association Jean-Marc Montegnies. Au bout du terrain, après avoir traversé une véritable décharge à ciel ouvert, ils aperçoivent le lieu de vie des bovins: une grange en tôle dont le sol a disparu il y a longtemps sous les déjections! L’entrée était bloquée par deux barrières en métal solidement attachées au reste du bâtiment par des cordes, mais surtout immobilisées par une montagne de paille pourrie qui s’enchevêtrait dans les barreaux. Le tas de paille et de crasse était tellement compact qu’il a fallu utiliser un tracteur pour dégager les barrières et avoir une chance de faire sortir les animaux. Cette difficulté à accéder à l’endroit témoigne de manière évidente que les bovins n’étaient plus sortis depuis très longtemps et que le propriétaire n’avait pas l’intention de les en retirer de sitôt…»

Des cadavres en décomposition

Une fois à l’intérieur de la grange, une vision d’horreur. «Sur les deux tiers de la surface du bâtiment, c’est la fange qui règne. Les bovins, une vache et un taureau, s’y enfoncent d’ailleurs jusqu’au ventre et peinent à se déplacer.» Un peu plus loin dans le bâtiment, l’équipe découvre également des cadavres de bovins en décomposition.

L’association Animaux en Péril a pris en charge deux bovins dans un état sanitaire préoccupant. «Leurs pattes sont recouvertes jusqu’au ventre de déjections qui ont gravement irrité la peau, relève Jean-Marc Montegnies. Ils souffrent tous les deux d’une infestation de poux. Leur peau est rongée par la gale. Chez le taureau, c’est même toute la toison qui tombe par morceaux, ravagée par les parasites. Les deux animaux devront être complètement tondus, lavés et traités contre les parasites avant de pouvoir, sans doute pour la première fois de leur vie, évoluer dans des prairies à l’air libre.»

Aussi des équidés et des chiens

Des équidés et une trentaine de chiens ont aussi été pris en charge par diverses associations.

Le propriétaire pourrait être poursuivi au pénal ou administrativement. «Si le Parquet décide de prendre la main dans cette affaire, il pourra renvoyer le propriétaire devant le tribunal correctionnel, explique le président d’Animaux en Péril. Celui-ci risque de 8 jours à 3 ans de prison et/ou une amende pouvant s’élever à 1 million d’euros. Si le Parquet ne poursuit pas, la main reviendra alors au fonctionnaire sanctionnateur qui pourra infliger une amende pouvant aller jusqu’à 100 000 euros, mais également un retrait de permis de détention d’animaux.»


Nos dernières videos