TOURNAI/BRUXELLES

Le réalisateur tournaisien Luc Petit et le chorégraphe namurois Jérémy Lepine lancent une école de mise en scène

Le réalisateur tournaisien Luc Petit et le chorégraphe namurois Jérémy Lepine lancent une école de mise en scène

Dans ses spectacles, Luc Petit crée la magie grâce à un savant mélange de différentes disciplines artistiques et de technologies. Un savoir-faire qu’il entend développer chez les élèves qui suivront la formation «Prisme» à partir du mois de septembre. EdLeslie ArtamonovA

Avec le chorégraphe namurois Jérémy Lepine, le réalisateur tournaisien Luc Petit lance une formation supérieure de mise en scène et de réalisation. À leur côté: 33 professionnels du spectacle.

Qui a déjà assisté à des spectacles de Luc Petit aura bien évidemment remarqué cette propension, pour le réalisateur tournaisen, à réunir sur un même plateau des artistes et des techniques d’univers très différents mais néanmoins complémentaires. L’art du Tournaisien consistant à créer une véritable alchimie entre ces derniers pour déboucher sur des images et des histoires à la fois grandioses et féeriques.

Le réalisateur tournaisien Luc Petit et le chorégraphe namurois Jérémy Lepine lancent une école de mise en scène
Luc Petit, réalisateur et metteur en scène. ÉdA

«Le spectacle doit sortir du gabarit classique de la salle à l’italienne, quitter les planches, investir les gradins, grimper aux cintres, se projeter, faire intervenir les images de synthèse 3D ou la technologie 4D, user des procédés cinématographiques…», explique Luc Petit quand il évoque cette nouvelle formation baptisée «Prisme» qu’il met sur pied avec la complicité du chorégraphe namurois Jérémy Lepine.

Le réalisateur tournaisien Luc Petit et le chorégraphe namurois Jérémy Lepine lancent une école de mise en scène
Diplômé de la Royal académie des Arts de Bruxelles, Jérémy Lepine est également directeur et chorégraphe de la compagnie Yetsirah et a collaboré avec des chorégraphes comme Julia Spiesser (FR), Bruce Blanchard (BEL), Denna Thomson (USA)… Com.

Ainsi qu’avec la collaboration de formateurs, tous actifs dans des domaines en rapport avec le monde du spectacle. On songe bien entendu à la mise en scène et à la scénographie, mais aussi à la dramaturgie, l’histoire des arts vivants, les costumes, les décors, la promotion, ou encore, aux nouvelles technologies, sans oublier la recherche de financements et l’élaboration de budgets en rapport avec la création.

Toutes ces matières, et bien d’autres encore seront abordées au cours de cette formation supérieure qui débutera au mois de septembre pour se terminer en mai. Ce qui représente quelque 340 h de cours théoriques sur l’année auxquelles il faudra ajouter les stages, ateliers, les travaux personnels et la création d’un réseau professionnel indispensable au développement d’une carrière dans le secteur culturel. Luc Petit n’est pas le seul Tournaisien à figurer dans le casting de Prisme puisqu’on retrouve également parmi les 33 formateurs d’autres «infants» célèbres de la cité de Clovis: Jean-Louis (Loulou) Godet, ingénieur culturel, Éloi Baudimont, compositeur et chef d’orchestre et Christophe Gaeta, scénographe et metteur en scène.

Sur le terrain

La pratique se veut bien évidemment essentielle pour ce type d’apprentissage et c’est là tout l’intérêt d’avoir pour formateurs des professionnels de terrain. Les élèves seront en effet amenés à travailler sur différentes productions de spectacles en tant qu’assistants artistiques, co-metteurs en scène, ou assistants à la mise en scène. Ils devront aussi développer des projets personnels à la demande de différents opérateurs (Conception/Réalisation/Production/Mise en scène). Enfin, chaque semaine, Ils suivront des ateliers pratiques en comédie, gestion de l’espace, expression, interprétation,…

 

 

 

 

 

 

 

Dans un loft

 

 

 

 

 

 

 

Concrètement, les cours théoriques et pratiques seront dispensés dans un loft de 800 m2 situé à Leeuw-St-Pierre, dans la périphérie bruxelloise.

 

 

 

 

 

 

 

La formation n’est pas réservée à des artistes déjà confirmés mais il est toutefois logiquement demandé aux candidats (à partir de 18 ans) de prouver une expérience artistique ou professionnelle probante et de justifier d’un intérêt certain pour les arts de la scène, la mise en scène et la production de spectacles.

 

 

 

 

 

 

 

Plus d’infos sur www.prismeformation.com

 

 

 

 

 

 

 


Nos dernières videos