article abonné offert

ÉLECTRICITÉ

Le prix de l’électricité va varier au cours de la journée

Le prix de l’électricité va varier au cours de la journée

Les modes de production d’électricité changent, la consommation doit changer, les tarifs devraient y contribuer. ÉdA –

Électricité: fini la tarification «fixe». En 2024, les plages horaires et les tarifs vont se multiplier en cours de journée. Pour inciter les gens à consommer aux bons moments.

C’est un électrochoc qui s’annonce. Il doit avoir lieu en 2024. En jeu, la tarification de l’électricité. Hier, le texte du décret avancé par le ministre Philippe Henry, Écolo, est passé en gouvernement wallon. Il doit encore être adopté par le Parlement.

Son contenu: il demande à la CWAPE de se pencher sur un nouveau plan tarifaire. Il doit être bouclé pour être effectif début de l’année 2024.

Actuellement, c’est relativement simple: un seul prix pour les kWh consommés. Point. Avec une petite nuance pour ceux qui sont équipés d’un compteur bi-horaire. Là, l’énergie consommée la nuit ou le week-end est facturée moins chère. Histoire d’inciter les citoyens à faire tourner leur lave-vaisselle pendant ces périodes où la consommation générale est moindre. Actuellement, les centrales thermiques produisent en «continu», autant répartir la consommation.

Du continu à l’alternatif

Mais la donne change avec l’énergie renouvelable. Vent ou pas vent pour les éoliennes, grande luminosité ou pas pour les panneaux photovoltaïques, débit ou pas pour les centrales hydrauliques: la production «continue» du thermique devient alternative avec les éléments naturels.

Francis Ghigny, expert au cabinet du ministre Henry: «Quand il y a des pics de production, il faut soit consommer le plus localement possible ou renforcer les réseaux pour transporter l’électricité plus loin. Cette dernière option est onéreuse.

Il faut donc inciter les gens à consommer quand l’énergie est produite d’autant plus avec l’arrivée des nouveaux usages comme les voitures électriques, les pompes à chaleur, les boilers thermodynamiques… Et ce qui les accompagne comme les compteurs communicants ou la domotique qui fait tourner les appareils électriques au meilleur moment.»

Entre 3 et 4 plages horaires par jour

Pour inciter les consommateurs à utiliser les bons créneaux horaires, la CWaPE va établir plusieurs plages sur une journée avec des tarifications différenciées: «Sans doute 3 en été et 4 en hiver qui seront statiques et peut-être une plage horaire supplémentaire fluctuante. Parce qu’on sait que la production varie au cours de la journée, des saisons mais aussi des endroits. Donc, on pourra avoir une facturation différente aussi en fonction de ce dernier paramètre. Le but est d’inciter, par des tarifs attractifs, les gens à recharger ou consommer aux bons moments.»

Mais attention, ce ne sera pas une contrainte: «Ceux qui ne veulent pas ou ne savent pas s’équiper ne doivent pas être pénalisés. Pour eux, les coûts ne seront pas augmentés.»

On peut même espérer une tendance à la baisse si la sauce prend et qu’on arrive entre 10 et 20% de consommateurs motivés. «Cette énergie renouvelable peut amener une baisse du prix du kWh, et là, l’économie sera partagée.»

Quant à la lisibilité des factures, ce sera une autre paire de manche.

Gratuit

Pour ceux qui sont motivés à passer par une consommation «intelligente», le compteur communicant sera gratuit jusqu’en 2023, et les réductions (40%) sur l’équipement domotique. Pourquoi 2023? Parce que les périodes tarifaires sont fixées pour 5 ans. La nouvelle période tarifaire démarre début 2024. D’ici-là, faites vos comptes.

Nos dernières videos
-->