COMMENTAIRE

Les limites de la techno

Les limites de la techno

EdA

Au début, c’était plutôt rigolo. On s’était dit: «Chouette, on va pouvoir se retrouver, se reparler, rigoler», même s’il était impossible de trinquer ensemble.

On allait au moins pouvoir préserver nos contacts sociaux. Cela, en toute décontraction, se contentant de soigner le haut tout en gardant les charentaises aux pieds et le boxer sous la ceinture sans risque de paraître indécent ou ridicule.

Ça, c’était la vision idyllique de ce qu’auraient pu être les visioconférences.

C’était sans compter sur les coupures de réseau à répétition, dues précisément au fait que trop de personnes échangent, par écrans interposés, à la même heure. Sans compter aussi sur les interférences dues à des micros défectueux donnant naissance à des crachotements qui vous arrachent les tympans.

Bref, tout cela nous montre à quel point la technologie connaît des limites.

Mais, je me dis qu’en définitive, c’est une très bonne chose qu’il en soit ainsi. Car cela nous démontre à quel point les contacts humains, en présentiel pour reprendre un terme à la mode depuis le début de cette pandémie, se veulent vraiment… essentiels.



Coronavirus : le bilan en Belgique