VERVIERS

Il a violé ses nièces et risque 30 mois de prison

Il a violé ses nièces et risque 30 mois de prison

Le prévenu a reconnu une partie des faits qui lui sont reprochés. Photographee.eu – stock.adobe.com

Le tribunal correctionnel de Verviers s’est penché mardi sur un dossier de viols et d’attentats à pudeur sur deux jeunes filles.

Le prévenu, né en 1987, est suspecté d’avoir commis des viols et attentats sur deux nièces en 2002. Les jeunes filles étaient âgées de moins de 14 ans au moment des faits.

Les faits n’ont été dénoncés à la police qu’en 2016, alors que les victimes étaient adultes. L’une des deux jeunes femmes s’est confiée à sa maman après que la problématique des abus sexuels a été évoquée lors de l’un de ses cours. La mère de famille a alors interrogé son autre fille qui lui a avoué avoir, elle aussi, été abusée par son oncle.

Le prévenu a reconnu lors de l’audience avoir entretenu une relation sexuelle avec une de ses nièces alors qu’elle avait moins de 14 ans. Il reconnaît également un seul attentat à la pudeur sur son autre nièce. La jeune fille, elle, fait état de plusieurs scènes de caresses et de pénétrations digitales alors qu’elle dormait ou faisant semblant de dormir, au domicile de son oncle et sa tante.

L’une des deux victimes s’est confiée à sa tante dès les premiers faits mais aucune plainte n’avait été déposée, auparavant, dans le cadre de ce dossier. Lors de l’audience, l’une des victimes a pris la parole. Elle a expliqué à quel point les séquelles sont importantes pour elles mais aussi pour l’ensemble de la famille qui a volé en éclats à la suite de ces révélations.

Le ministère public a réclamé une peine de 30 mois de prison alors que l’a défense a plaidé, à titre principal, en faveur d’une suspension du prononcé. L’avocate du prévenu a souligné l’ancienneté des faits et la volonté de ne pas déclasser socialement le prévenu qui a un travail fixe.

Jugement le 28 mai.