ÉCONOMIE

Les réviseurs d’entreprises contrôlent les trois quarts de l’économie belge

Les réviseurs d’entreprises contrôlent les trois quarts de l’économie belge

En Belgique, la moitié des employés travaillent dans une entreprise dont les rapports annuels sont contrôlés par un réviseur d’entreprises. Si l’on limite le calcul au secteur privé, le chiffre passe à deux salariés sur trois, précise l’IRE. saksit - stock.adobe.com

Les réviseurs d’entreprises contrôlent les trois quarts de la valeur ajoutée créée par les entreprises et organisations en Belgique, selon une étude publiée mardi pour la première fois par l’Institut des réviseurs d’entreprises (IRE) qui analyse la partie auditée de l’économie belge et celle qui ne l’est pas. Le quart restant est constitué de petites entreprises qui ne sont pas soumises à un audit obligatoire.

En 2019, les réviseurs d’entreprises ont contrôlé, dans leur ensemble, un peu moins de 214 milliards d’euros de valeur ajoutée brute créée en Belgique. «Par rapport au total de 291 milliards d’euros de valeur ajoutée réalisée globalement par le secteur privé en 2019, cela signifie que 74% de valeur ajoutée du secteur privé a fait l’objet d’un audit», souligne l’IRE.

Si l’on inclut les institutions publiques non contrôlées (68 milliards d’euros supplémentaires) et les ménages et entrepreneurs individuels (66 milliards d’euros supplémentaires), la Belgique a réalisé 425 milliards d’euros de valeur ajoutée en 2019.

En Belgique, la moitié des employés travaillent dans une entreprise dont les rapports annuels sont contrôlés par un réviseur d’entreprises. Si l’on limite le calcul au secteur privé, le chiffre passe à deux salariés sur trois, précise l’IRE.