LIÈGE

Liège accueille de futurs policiers québécois

Liège accueille de futurs policiers québécois

Photo de groupe d’une délégation du collège d’Alma venue en mai 2018, accompagnée de ses formateurs en maîtrise de la violence de la Province de Liège. © Provincedeliege-Dép-Comm. (photo d’archives)

L’école de police de la Province de Liège a décidé de reconduire son partenariat avec le collège d’Alma, au Québec. Chaque année, une dizaine d’élèves québécois sont ainsi accueillis en Cité ardente, pour y suivre des cours.

Les voyages scolaires et pédagogiques sont monnaie courante dans l’enseignement secondaire et supérieur, mais sont certainement moins développés dans le cadre de la formation policière. Sauf à Liège, dont l’école de police de la Province poursuit officiellement son fructueux partenariat avec le collège d’Alma au Québec.

Une collaboration qui a débuté en 2011, avec la mise en place du premier protocole d’échange et d’entente entre les deux centres de formation.

Souhaitant proposer un stage en immersion dans le cadre de leur cursus aux élèves de la formation en «techniques policières», le collège d’Alma s’était, en effet, rapproché de l’école de police liégeoise. Ce qui permettait, depuis lors, à une dizaine d’élèves québécois d’être accueillis chaque année en Cité ardente. Et ce, pendant une semaine pour prendre part aux activités pédagogiques de l’école de police.

Face au succès de cette collaboration au fil des années, les deux «écoles» ont décidé de reconduire officiellement ce protocole.

La découverte des approches spécifiques en vigueur d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique est riche en enseignements.

Liège accueille de futurs policiers québécois
Vendredi a eu lieu la cérémonie de reconduite du protocole d’échange avec le Premier commissaire Michel Terf, coordinateur de la coopération policière de l’école provinciale de police (à gauche), Muriel Brodure-Willain, députée provinciale de l’Enseignement, de la Formation et de la Transition numérique (centre), et le commissaire-divisionnaire Bruno Vandervelden, directeur-coordinateur de l’école provinciale de police (à droite). © Provincedeliege-Dép-Comm.
«La découverte des approches spécifiques en vigueur d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique est riche en enseignements», a souligné Muriel Bordure-Willain, la députée provinciale de l’Enseignement, de la Formation et de la Transition numérique. «De plus, ces échanges permettent un effet miroir sur sa propre méthode de travail, ses connaissances, son approche des situations problématiques, sa culture, etc.»

Lors de ces rencontres, la réalisation d’exposés et de démonstrations sur leur apprentissage par les aspirants policiers belges, mais aussi les élèves en 7e technique de qualification assistant aux métiers de la prévention et de la sécurité, et leurs homologues québécois engendrent une valorisation et une fierté quant à leur engagement professionnel. La découverte d’une autre approche de la formation et de la fonction policière est véritablement un très grand enrichissement pour ces élèves.

L’aspect physique et tactique de la formation n’est pas en reste. Les apprenants pratiquent également des exercices en commun. Ils ont notamment pris part au camp Pol-Hanta, mais aussi à des exercices multidisciplinaires organisés par l’Institut Provincial de Formation des Agents des Services de Sécurité et d’Urgence (IPFASSU), qui coordonne l’école de police, l’école du feu et l’école d’Aide Médicale d’Urgence de la Province de Liège. Ces exercices catastrophes et de gestion de crise grandeur nature (AMOK, CrisExinter, Dir-Pc Op,…) réunissent dans des conditions très proches de la réalité les différentes disciplines des services de secours et d’urgence (pompiers, médicaux, policiers, protection civile,…).

Même si ces réciprocités ont dû malheureusement être suspendues ces deux dernières années en raison de la crise sanitaire, la volonté de l’école de police de la Province de Liège et du collège d’Alma est de continuer à s’enrichir mutuellement à travers de multiples projets, collaborations et échanges.