BRUXELLES

«La Boum 2»: Facebook bloque l’événement, la police prête à intervenir «en cas de provocation»

«La Boum 2»: Facebook bloque l’événement, la police prête à intervenir «en cas de provocation»

BELGA (Illustration)

Alors que Facebook a, «en concertation avec le parquet», bloqué la page de l’événement «La Boum 2», Philippe Close, le bourgmestre de Bruxelles assure que «la police interviendra en cas de provocation».

Après discussion avec le parquet de Bruxelles, Facebook a décidé d’accéder à la demande de la police et de fermer l’événement Facebook.

«Notre priorité est de maintenir la sécurité des gens, aussi bien sur nos plateformes qu’en dehors. Les autorités locales nous ont informés que cette page événementielle n’était pas conforme aux exigences légales actuelles en matière de Covid-19. Après étude, nous avons décidé de bloquer la page», a précisé le porte-parole de Facebook.

Plus de 28.000 personnes suivaient l’événement fermé jeudi en fin d’après-midi, dont quelque 8.000 à 9.000 projetaient d’y participer, a précisé le représentant du collectif L’Abîme. Le groupe Facebook «La Boum 2» est quant à lui toujours actif.

Les services de police avaient pris contact avec Facebook pour savoir comment faire pour arrêter la diffusion de l’événement non autorisé «La Boum 2», prévu dans le bois de la Cambre le 1er mai, avait indiqué mardi le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort.

Le profil des participants semble changer

Le profil des participants à la Boum 2 semble changer et les autorités redoutent des rassemblements et mouvements dans toute la ville, a indiqué ce jeudi la ministre de l’Intérieur à la Chambre en réponse à une question de Michel De Maegd (MR).

La ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, s’est entretenue lundi avec le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, à propos de la Boum 2, un événement annoncé sur Facebook pour le 1er mai dans le Bois de la Cambre à la suite d’un événement similaire qui avait rassemblé plusieurs centaines de personnes il y a un mois. L’organisation de la Boum 2 n’a pas fait l’objet d’une demande d’autorisation ni de dérogation aux mesures sanitaires, a précisé la ministre.

«Depuis le lancement de cet appel à la Boum 2, le profil des participants semble évoluer», a expliqué Mme Verlinden, sans en dire plus. «Les autorités et services de police sont au courant que des rassemblements et mouvements divers risquent d’avoir lieu dans toute la ville».

La Ville de Bruxelles mènera une opération de prévention en recourant à ses stewards ainsi qu’à des annonces de dissuasion sur les réseaux sociaux. La police locale épaulée par la police fédérale est prête à intervenir en deuxième ligne le cas échéant.

La ministre a répété sa désapprobation à l’égard d’un tel événement qu’elle juge «irresponsable» et «irrespectueux» aussi bien de la situation sanitaire que des soignants mobilisés chaque jour dans les hôpitaux et des citoyens qui respectent les mesures sanitaires. «En sommes-nous venus à placer nos plaisirs individualistes au-dessus de l’intérêt général?» a-t-elle ajouté.

De son côté, le bourgmestre de Bruxelles assure que la police interviendra en cas de troubles à l’ordre public.

En contact avec la police, Philippe Close confirme qu’une réunion de coordination avec le Centre de crise est prévue demain vendredi. Le 1er mai étant toujours une journée chargée en manifestations à Bruxelles puisqu’une dizaine d’événements sont déjà prévus.

«Le bourgmestre tient à ajouter que Bruxelles est toujours attentive au droit à la liberté d’expression et que la capitale est un lieu de détente. Mais si vous venez à Bruxelles pour semer le chaos et provoquer la police, alors la police interviendra», a précisé sa porte-parole Maïté Van Rampelbergh.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos