L’explosion de l’arnaque bancaire en ligne: voici comment se protéger

L’explosion de l’arnaque bancaire en ligne: voici comment se protéger

Un message de phishing va vous inciter à livrer à l’escroc en ligne des données bancaires sensibles. Ngampol – stock.adobe.com

Le phishing a coûté 34 millions d’€ aux Belges en 2020. Il est pourtant possible de l’éviter facilement.

La fédération belge du secteur financier tire la sonnette d’alarme. L’escroquerie en ligne par phishing continue de faire des ravages. En Belgique en 2020, «environ 67.000 transactions frauduleuses ont été réalisées via phishing, pour un montant total net de quelque 34 millions d’euros», dixit Febelfin. Soit 507€ escroqués en moyenne par transaction.

Pire, «3% de ceux qui ont déjà reçu un message de phishing y ont donné suite», insiste la fédération. «34% de la population a reçu un message d’hameçonnage au cours du dernier mois […] 12% de la population n’a encore jamais entendu parler du phishing. Chez les jeunes (16-30 ans), cette proportion est même de 30%.»

Vous redoutez ce phénomène en expansion? Voici comment repérer et se protéger du phishing.

1.L’usurpation d’identité

La clé de voûte du phishing, c’est l’usurpation d’identité. Le point de départ de cette mécanique dangereuse: vous recevez un message qui semble émaner d’une banque, d’un fournisseur d’énergie, de bpost, d’une administration…

Ce message est transmis par courrier électronique, WhatsApp, SMS, les réseaux sociaux. Il peut même s’agit d’un coup de fil ou d’une lettre classique.

C’est la nature de la demande (voir point 2) et les infos que l’on exige de vous (voir point 4) qui révéleront la nature frauduleuse du message.

2.La menace ou la récompense

Le message de phishing mise sur l’émotionnel pour vous pousser à baisser la garde. Deux leviers sont activés: la menace ou la récompense. Une action rapide mais dangereuse (voir point 3) est exigée de votre part pour éliminer la menace ou recevoir la récompense.

Exemples de menace :

– Votre carte de crédit va être débitée d’un montant important pour un achat que vous n’avez pas fait.

– Votre carte de banque va être désactivée, vous devez activer la nouvelle.

– Votre compte en banque n’est plus sûr, la banque vous conseille de transférer de l’argent sur un nouveau compte à créer.

Exemples de récompense :

– Vous attendez un paiement pour la vente d’un objet que vous avez vendu en ligne.

– Vous attendez la livraison d’un objet que vous avez acheté en ligne.

3.Codes confidentiels exigés

Généralement, le message de phishing vous demandera de cliquer sur un lien web ou sur une pièce jointe qui vous réclameront des données bancaires confidentielles (numéro de carte de banque, code pin de la carte, code de contrôle fourni par la «calculette»).

Lors d’un «phishing» par appel téléphonique, l’escroc vous demandera ainsi d’insérer votre carte de banque dans le lecteur de carte et de lui donner toutes les informations de connexion.

Bref, la manœuvre vise à ce que vous donniez à l’arnaqueur l’accès à votre compte bancaire en ligne. C’est comme ça qu’il pourra par exemple valider un virement en sa faveur.

4.La méfiance comme protection

En connaissant le mode de fonctionnement du phishing, la méfiance sera votre meilleur atout pour rester en sécurité. C’est vous qui détenez les clés. Comme le rappelle Febelfin, «neuf violations de données réussies sur dix résultent d’une erreur humaine.»

En résumé

Voici les 3 conseils de base de la fédération belge du secteur financier pour éviter le phishing:

– Ne donnez jamais vos codes personnels (code pin et code de réponse) en réponse à un courriel, un appel téléphonique, un sms, un message WhatsApp ou sur un média social.

– Ne cliquez jamais non plus sur un lien reçu, mais tapez toujours vous-même l’adresse du site web de votre banque dans votre navigateur ou encore, utilisez votre propre application bancaire mobile.

– Jamais, mais au grand jamais, une banque ne vous demandera de transmettre vos codes par téléphone.

À lire aussi

+ Vos fichiers contre une rançon : voici comment éviter l’escroquerie