JOGGING

L’Huppaytoise attire 722 joggeurs

L’Huppaytoise attire 722 joggeurs

Les joggeurs avaient le sourire avec la manche d’ouverture du BW: L’Huppaytoise ÉdA

Les campagnes de la Hesbaye brabançonne ont fait le plein de participants pour l’ouverture du Challenge du BW en mode semi-virtuel.

Ce dimanche soir a sonné la clôture de la manche d’ouverture du Challenge du Brabant wallon qui a animé le village d’Huppaye durant neuf jours. Si l’inconnue était totale pour une formule inédite au moment de mettre L’Huppaytoise sur pied, le sourire est de mise au moment d’en dresser le bilan puisqu’ils sont plus de 720 participants à avoir enregistré et validé leur inscription. «On espérait secrètement 500 participants, indique Virginie Segers. On nous disait qu’on aurait peut-être un peu plus de 300 joggeurs et, au final, on atteint un chiffre incroyable. La météo a bien entendu joué un rôle positif, mais on peut aussi retenir que les participants ont particulièrement apprécié le parcours campagnard et bucolique. Certains l’ont fait jusqu’à cinq fois.»

Habitué du Challenge, Dimitri Van Wynendaele a apprécié cette manche inédite. «Au top L’Huppaytoise avec un beau parcours digne des courses du challenge du BW. Seul bémol, les derniers 800 mètres sur une route où les automobilistes peu respectueux nous frôlaient. Sinon, le parcours était varié et chaque coureur a pu trouver son secteur de prédilection pour s’exprimer selon ses qualités.»

Le bourgmestre a apprécié

Jean-Jacques Mathy, le bourgmestre local, est également un joggeur. Il a apprécié le tracé : «Les retours sont positifs, les gens ont apprécié découvrir ce milieu rural. Un parcours qui n’est pas spécialement difficile mais qu’il faut toutefois bien gérer. Au niveau local, on a assisté à un fameux engouement. Il y a eu des joggeurs tout au long de la semaine, c’était très sympa.»

Marie-Claire Hermant Loosfelt était aussi de la partie. «J’étais tellement heureuse que les challenges reprennent que je voulais être là à l’ouverture, à 8 h du matin. J’ai beaucoup apprécié l’organisation. Nous avions libre choix pour courir tout au long de la journée et tout au long de la semaine. Pas de stress. Un beau parcours bien fléché, dans la campagne wallonne. Que ça fait du bien au moral.»

Les organisateurs de la manche, JTP Blancs Gilets, retiennent plusieurs informations pour la suite. «La petite distance a bien fonctionné, preuve qu’il y a de la demande. Et puis, on note l’avantage de l’approche virtuelle. De la sorte, les joggeurs ne sont plus bloqués à un jour fixe et une heure qui n’arrange peut-être pas tout le monde. Avec cette souplesse, des personnes qui n’auraient jamais imaginé prendre le départ sont venues, parfois même plusieurs fois.»

 

«Une épreuve dynamique»

Membre de l’organisation du cross de Bousval qui a entamé les courses virtuelles en Brabant wallon, Alexandre Maurisset a pris part à l’épreuve. «Comme de nombreuses courses, L’Huppaytoise a dû s’adapter à un format virtuel. Ce format ne pourra jamais avoir la même saveur que la course réelle mais les organisateurs ont su rendre cet événement agréable et convivial en respect des mesures sanitaires. Je ne peux que saluer la très bonne organisation de cet événement avec un fléchage remarquable, un parcours avec peu dénivelé mais varié et magnifique. La présence de photographes sur le parcours et le relais sur Facebook ont contribué à une très bonne dynamique de l’ensemble. Nous avons pu profiter de conditions météorologiques favorables et croiser des amis runners au départ, sur le parcours et à l’arrivée.»