BRUNEHAUT

Vidéo | La marche des vergers en fleurs écourtée sous prétexte de sécurité sanitaire

L’autorité communale de Brunehaut a décidé d’écourter de trois jours la marche des vergers en fleurs de Rongy, dès ce vendredi. L’opération est victime de son succès et attirerait tant de monde que la «distanciation des bulles» se promenant en plein air ne pourrait pas être garantie…

Victime de son succès, la marche des vergers en fleurs organisée par l’ASBL Jeunesse rongycienne en collaboration avec les Vergers de Brunehaut, Mont-Marche et le Relais pour la Vie de Tournai, attire pas mal de monde, tout particulièrement le week-end.

Un peu trop au goût des autorités brunehautoises qui ont décidé de ne pas autoriser la poursuite de l’initiative au-delà de ce jeudi 29 avril.

«Par crainte d’une trop grande affluence, le collège communal de Brunehaut a pris la décision d’écourter l’accès aux parcours éphémères. Vous pouvez encore profiter des 3 parcours jusque jeudi soir!

À partir de vendredi, les fléchages seront enlevés et les portes des jardins, vergers et autres pépinières se refermeront…», peut-on lire sur la page Facebook des Vergers de Brunehaut.

Les promeneurs intéressés ne viendront-ils pas plus tôt?

On pourrait se poser la question de savoir si le fait d’écourter cette initiative n’aura pas l’effet inverse de celui recherché, à savoir: provoquer une concentration plus importante de marcheurs sur les circuits durant les trois jours durant lesquels ils pourront encore être accessibles. N’aurait-il pas été plus judicieux de rallonger davantage la période d’ouverture afin de permettre aux nombreux visiteurs intéressés de postposer leur venue sur le site?

Cette question, nous l’avons posée au patron des Vergers de Brunehaut, Jacques Dewaele.

«D’un événement à l’origine de 2 journées, nous avions proposé 6 jours pour rentrer dans le cadre légal des marches éphémères, précise-t-il. Accepté par les autorités, elles nous avaient ensuite déjà imposé une 2e semaine et deux week-ends, pour maintenant réduire la durée de l’événement.

En tant qu’organisateur, il aurait toutefois été très difficile de maintenir ce dernier plus longtemps, car il faut assurer l’entretien des parcours et des services (sanitaires, traçage, accueil,…). Puis nous traversons des sites privés, aussi en plein travail. Rien que pour les fraisiéristes, c’est déjà bien compliqué pour accéder à leurs cultures surtout qu’ils vont bientôt commencer leurs récoltes. Aussi pour les soins et entretiens nécessaires à apporter aux cultures, c’est difficile pour les pépiniéristes et arboriculteurs…

Même si nous avons un petit côté libertaire issu des années 70, («il est interdit d’interdire»), cette fois je n’ai pas discuté et je me suis incliné face à la décision des autorités…»

N’empêche que l’on ne peut s’empêcher de penser que pour ces dernières, il est, en cette période de crise sanitaire, souvent plus facile d’interdire que de responsabiliser.

La cagnotte pour le Relais pour la vie déjà plus haute qu’en 2019

Est-il besoin de rappeler que la participation à ces marches est entièrement gratuite mais qu’une urne est posée en face de l’entrée des Vergers de Brunehaut à l’intention de la section tournaisienne du Relais pour la vie?

La première opération de ce type, menée en 2019, avait permis de récolter un peu plus de 6 600€ au profit de la lutte contre le cancer. Il est d’ores et déjà acquis que cette somme sera dépassée cette année.

Reste à voir si le seuil symbolique des 10 000€ sera atteint malgré le calendrier écourté



Coronavirus : le bilan en Belgique