TRAIL

Contraint d’annuler, le Diable au SUKre se prend un gros coup sur la cafetière

Contraint d’annuler, le Diable au SUKre se prend un gros coup sur la cafetière

Le Diable d’Ellezelles et son comparse Olivier Cousin attendront une année pour «driller» leurs trailers: «Rendez-vous en 2022!» EdA - Loïc Defoort

À huit petits jours de son événement, le comité du Quintine Trail Diable au SUKre d’Ellezelles s’est vu signifier qu’il était préférable d’y renoncer.

Plus la date du 1er mai approchait et plus palpable était l’impatience chez les trailers tout heureux de pouvoir courir dans la belle campagne ellezelloise à l’occasion d’un Quintine Trail Diable au SUKre qui avait mis toutes les chances de son côté pour maintenir son événement en présentiel alors que bien d’autres annulent ou se limitent à une version «off».

Ainsi, bien que les inscriptions étaient clôturées, les demandes de dossard auprès des organisateurs allaient encore bon train au cours des derniers jours. La preuve de l’engouement des amateurs de course-nature. Chacun comptait les jours le séparant d’un trail qui, ce jeudi soir, a malheureusement dû annoncer, la mort dans l’âme, son annulation. «On n’a finalement pas reçu l’accord de la zone de police des Collines, regrette Olivier Cousin, le président du comité organisateur du QTDS. De notre côté, tout était prêt! On avait un code vert de la part d’Event-Risk et un accord positif de la commune d’Ellezelles mais au terme d’une réunion tenue ce jeudi, la commissaire de police n’a pas délibéré dans ce sens.»

«Tenu pour responsable»

Ce n’est pas l’aspect sportif de l’organisation qui gêne! «Notre dossier respectait toutes les règles à ce niveau. Les adaptations, au niveau des départs notamment avec des vagues par dix coureurs, avaint convaincu les autorités communales à accorder leur confiance mais l’inquiétude de la zone de police porte sur le caractère plus événementiel de notre trail», confie Olivier Cousin.

La crainte porte sur l’accueil de plus de 1400 personnes en une demi-journée sur Ellezelles. «Avec les risques de débordement ou de non-respect des consignes sanitaires aux abords des routes, précise l’organisation du Quintine Trail Diable au SUKre. Bien que les rues soient un lieu public, c’est sous notre initiative que l’événement aurait dû avoir lieu et notre responsabilité serait donc engagée en cas d’incidents ou de rassemblements qui sont interdits en cette période de crise. Avec sanction financière à la clé! On se doute que la majorité des participants respecteront les règles mais il y a toujours un risque qu’une poignée d’entre eux ne fassent pas attention et que l’organisation soit tenue pour responsable, chose qu’on veut éviter à tout prix. S’il y a des débordements, ce sera pour notre pomme et on ne veut pas être montré du doigt en cette période pandémique.»

«Dur à encaisser si tard»

Si les raisons amenant à l’annulation peuvent se justifier et, vous l’aurez compris, ne dépendent pas du bon vouloir du comité organisateur, le timing de la décision pose plus question. «On regrette évidemment d’avoir été prévenu si tardivement. Car les participants ont longtemps espéré alors que de notre côté, on a investi beaucoup de temps pour être prêts à accueillir nos 1400 trailers ce prochain samedi dans des condtions qui nous paraissent totalement sûres et qui ont d’ailleurs reçu l’aval et l’accord du bourgmestre. Dans d’autres provinces, des trails peuvent être organisés. En Hainaut, cela semble moins possible. Le coup est dur à encaisser car, encore une fois, on avait pris toutes les précautions. Mais on doit se rendre à l’évidence: en 2021, il n’y aura pas de QTDS. Comme ça avait déjà été le cas en 2020 malheureusement! Mais on donne déjà rendez-vous à l’année prochaine en espérant que le dicton “ jamais deux sans trois ” ne soit pas d’application.» Avec aussi une promesse: «L’édition risque d’être endiablée pour 2022.»

 

 

Une version «off» trop compliquée

Il n’y aura ni report ni version «off» du Diable au SUKre en 2021.

«Reporter, c’est faire des déçus parmi les inscrits dont la nouvelle date ne conviendrait pas. Ça impliquerait un gros travail logistique. Quant à une version dite libre, étant donné que les parcours de notre trail empruntent de nombreux passages privés dans les bois et les prairies, on ne peut se permettre de déranger, durant une semaine, les sites appartenant à différents propriétaires, précisent des organisateurs ellezellois qui tiendront parole. Comme annoncé, on remboursera bien la participation de chacun des trailers à 100% moins 1€ pour les frais de dossier et cela malgré les dépenses déjà engagées mais qu’on a pu toutefois limiter.»

 


Nos dernières videos