ASSISES DE REIMS

Le Taureau des Ardennes condamné à 30 ans de prison pour l’assassinat d’Anaïs Guillaume

Le Taureau des Ardennes condamné à 30 ans de prison pour l’assassinat d’Anaïs Guillaume

Philippe Gillet, encore ce matin, avait clamé son innocence EDA Claudy Petit

Le verdict vient de tomber aux assises de la Marne à Reims (F). Philippe Gillet, «le Taureau des Ardennes», est condamné à 30 ans de prison.

Les jurés ont délibéré pendant 6 heures environ. Ils estiment Philippe Gillet, l’agriculteur de 48 ans de Fromy (Ardennes), coupable de l’assassinat d’Anaïs Guillaume, sa jeune maîtresse et stagiaire agricole avec qui il avait passé la nuit du 16 au 17 avril 2013. Puis la jeune femme de 21 ans avait mystérieusement disparu sans qu’on retrouve sa trace pendant 6 années et demi. Jusqu’à la fin 2019, où sur indications de Gillet lui-même à sa fille aînée, le corps d’Anaïs avait été retrouvé dans le sol, sous un tas de fumier d’une prairie en face de la ferme de Gillet.

Le jury de Reims n’a donc pas cru une seconde au scénario rocambolesque de Philippe Gillet lui-même, qui avait instrumenté sa fille pour rédiger une lettre anonyme et faire croire à l’existence d’un «corbeau» voulant l’accuser.

La peine de réclusion de 30 ans est plus sévère que lors du premier verdict en avril 2019 devant la cour d’assises de Charleville-Mézières, qui avait condamné Philippe Gillet à 22 ans et n’avait pas retenu l’assassinat (préméditation) dans la mort d’Anaïs. Ici les jurés de la Marne ont considéré que Gillet avait préparé et fomenté la mort de sa jeune maîtresse.

Acquittement par contre pour la mort de son épouse Céline en 2012

En revanche, les jurés ont acquitté l’accusé pour la prévention de «coups mortels» envers son épouse Céline Gillet le 3 janvier 2012, c’est-à-dire qu’ils estiment ne pas disposer d’éléments probants suffisants pour conclure que Gillet a porté des coups à son épouse, dans leur ferme, coups ayant entraîné la mort sans intention de la donner. L’hypothèse d’une mort accidentelle suite à la chute d’une vache laitière sur la victime est donc retenue.

Ce jeudi matin, avant que les jurés n’entrent en délibération avec les magistrats, Philippe Gillet avait reçu le droit de s’exprimer une dernière fois: «Comme je l’ai toujours dit, je suis innocent, Madame la présidente. Je n’ai rien à ajouter.»