BANDE DESSINÉE

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril

«Dessiner encore» (Les Arènes BD) -

Le jeudi, c’est le jour de notre sélection bande dessinée. Avec, cette fois, le deuil selon Corinne Rey alias Coco, Baudelaire vu par Yslaire et une fin du monde finalement très fun. Entre autres. Bonnes lectures.

 

1Dessiner encore

 

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril
Les Arènes BD -
Le résumé de l’éditeur

L’attentat du 7 janvier 2015 tourne en boucle dans ma tête. Tout fout le camp en moi mais le dessin résiste…

Le récit graphique bouleversant d’un voyage intérieur, pudique et authentique.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): LUMINEUX

Nouvelle dessinatrice attitrée du Monde, Coco en a bavé, depuis l’attentat de Charlie Hebdo en janvier 2015. Elle raconte cette lente et difficile reconstruction, mais revient aussi sur ses débuts au sein du journal, et sur les événements en eux-mêmes, dans un très long pavé qui en donne une approche plus personnelle, qui démontre que derrière les symboles, il y a aussi des hommes et des femmes, qui doivent en découdre quotidiennement avec leurs démons intérieurs. Un ouvrage cathartique, forcément, mais beau et lumineux, aussi.

+ À LIRE AUSSI | Résister, toujours

 

Les Arènes BD «Dessiner encore», Coco, 352 p., 28€.

 

 

2Happy End (T.1)

 

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril
Le Lombard -
Le résumé de l’éditeur

Mollie est une jeune fille de 14 ans. La fin prochaine de notre civilisation, elle y croit dur comme fer et s’y prépare activement. Son entourage préfère ne pas y penser. Jusqu’au jour où la Grande Panne arrive. Il n’y a plus de pétrole.

Le doute fait place à l’inquiétude, qui cède bientôt à la panique. Que faut-il faire? Tout le monde se tourne vers Mollie. Avec son ami Oscar, un vieux châtelain qui partageait ses convictions, ils vont se regrouper et faire face à la situation en faisant preuve d’entraide et de confiance.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): «ADOCALYPSE»

Mollie, 14 ans, avait prévenu sa famille: la fin du monde, c’était pour bientôt. Quand elle survient, il faut s’organiser. Ensemble et en essayant de pas virer idiots.

Une adocaly… pardon, apocalypse familiale qui fait forcément écho à la crise que nous traversons. Mais qui donne l’impression de nous laisser au milieu du gué, sans aucune réponse, à la fin de ce premier volet. Du coup, c’est malin, on attend la suite avec impatience, nous.

 

Le Lombard «La grande panne», Jouvray/Jurdic, 64 p., 14..75€.

 

 

3Une vie d’huissier

 

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril
Actes Sud BD -
Le résumé de l’éditeur

Raconter l’histoire d’un huissier de justice des années 1980, c’est faire le portrait au vitriol de toute une époque.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): CAFARDEUX

Un cousin éloigné lui a légué ses mémoires et Dav Guedin s’est laissé inspirer.

Il raconte ainsi un métier méconnu et craint.

Dans un noir et blanc et une expressivité glauque qui ne font qu’accentuer malaise et cafard, malheureusement.

 

Actes Sud BD Guedin, 112p., 19,90€

 

 

4Azizam

 

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril
La Boîte à Bulles -
Le résumé de l’éditeur

Téhéran. À la mort de sa femme, Amir et ses trois enfants: Shirin, Reza et Mohammad découvrent que celle-ci a légué un véritable trésor dont nul n’avait connaissance: un terrain agricole de trois hectares.

Si les garçons héritent de la plus grosse part du gâteau, comme le veut la loi iranienne, Shirin découvre quant à elle que sa part contient un trésor inestimable: un noyer.

S’ensuit une querelle entre la sœur et ses deux frères jaloux qui n’auront de cesse d’essayer de récupérer cette parcelle de terrain et son arbre tant convoités.

Face à cela Amir, se retrouve désemparé face à des enfants qu’il ne reconnaît plus.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): RÉPARATEUR

Qui dit héritage dit parfois enfantillages. C’est une de ces histoires de famille désunie que content Gelsomino et Guffanti dans une société tiraillée entre tradition et émancipation. Les racines du mal?

Une tragicomédie à l’irano-italienne très colorée et réparatrice.

 

La Boîte à Bulles Gudanti/Gelsolmino, 88p., 17€

 

 

5Le combat du siècle

 

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril
Futuropolis -
Le résumé de l’éditeur

New York, 8 mars 1971. Joe Frazier, à l’apogée de sa carrière, affronte Mohamed Ali au Madison square Garden, pour le titre du champion du monde WBA & WBC des poids lourds.

Adepte de Martin Luther King, tout l’oppose à Cassius Clay, rebaptisé Mohamed Ali par Elijah Muhammad, le gourou de l’organisation nationaliste noire Nation Of Islam. La rencontre entre les deux hommes cristallise toutes les tensions et les luttes pour les droits civiques qui secouent le pays.

Leur match devient le combat du siècle. Cette biographie réhabilite le parcours de Frazier, immense champion aux valeurs humanistes.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): POLITIQUE

Le 8 mars 1971 Joe Frazier monte sur le ring face à la légende Mohamed Ali. Entre les uppercuts, deux visions de la lutte pour les droits civiques s’affrontent.

Un percutant récit politique et intime.

 

Futuropolis Dedola/Ferrara, 112 p., 19€.

 

 

6Discount Heros

 

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril
Fluide Glacial -
Le résumé de l’éditeur

Quand les super héros ont déserté la ville, il devient urgent de trouver une solution pour contrer la délinquance et le crime.

Heureusement, on peut toujours faire appel à l’agence d’intérim supermanpower, et à ses discount héros, pour (tenter de) garantir la tranquillité des habitants!

Notre avis en un mot (puis quelques autres): HILARANT

Plus de Covid, moins de criminalité. Et les super-héros (il est vrai, dysfonctionnels) se sont retrouvés dans les agences d’intérim.

Les hilarants James et Borris Mirroir nous font découvrir leurs exploits, très référencés et actuels.

 

Fluide Glacial Mirroir/James, 56p., 12,90€

 

 

7Les gens de rien (T.1)

 

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril
Delcourt -
Le résumé de l’éditeur

Charles Masson a rencontré Marie en consultation. Arrivé trop tard pour soigner un cancer à la gorge, il va l’accompagner jusqu’à l’issue tristement certaine de sa maladie.

Touché par la force de caractère de sa patiente, très isolée, il en apprend davantage sur elle grâce aux confidences de sa meilleure amie, une vie discrète et exemplaire de professeure de CP entièrement consacrée à ses élèves.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): APPLAUDISSEMENTS

C’est l’histoire d’une femme qui a vécu sa vie librement, jusqu’à ce qu’on lui diagnostique un cancer. Et de la relation avec son médecin, un as de la bienveillance (et l’auteur du livre).

Un témoignage plus beau que tous les applaudissements.

 

Delcourt Charles Masson, 88 p., 13.94€.

 

 

8Loser Jack (T.1)

 

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril
Bamboo -
Le résumé de l’éditeur

Dans les grandes plaines de l’Ouest sauvage, les bandits n’ont qu’à bien se tenir: les chasseurs de primes sont de sortie. Et parmi tous ces cadors de la gâchette, il y a Loser Jack.

Petit, maladroit, pas très courageux, il a pourtant un rêve chevillé au barillet: mettre les plus grands bandits sous les verrous, empocher bien plus qu’une poignée de dollars et ainsi faire chavirer le cœur de la belle Rita du saloon.

Mais la fortune est encore loin quand dans les rues de Pistol Rock on suscite plus les moqueries que la peur.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): BOUSEUX

Jack est un bouseux sans intérêt pour Rita, la danseuse du saloon d’à coté. Il s’improvise donc chasseur de primes. Le pire de l’Ouest.

Et ses aventures en une planche par gag oscillent entre le sympa et le (très) marrant.

 

Bamboo Erroc/Rodrigue, 48 p., 10.95€.

 

 

9Eugénie et les mystères de Paris (T.1)

 

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril
Glénat -
Le résumé de l’éditeur

Paris, Février 1885. Abandonnée par sa mère, Eugénie vit depuis toute petite avec son oncle Edmond. Policier sans véritable talent, ce grand et gentil monsieur réalise vite les incroyables capacités de déduction de sa nièce et n’hésite pas à s’en servir au cours de ses investigations.

Mais ça ne suffit pas à Eugénie! Et puisqu’à 13 ans, on n’a pas encore le droit de devenir détective, elle crée «La Confrérie de Vidocq» avec ses amis Charles, un orphelin sans-abri et Arthur, un apprenti-vitrier maltraité par son père. Ce club, inspiré par les lectures policières d’Eugénie, a pour but de résoudre mystères et énigmes dans les coins et recoins de Paris.

D’ailleurs, ça tombe à pic! Car, après que la statue de la liberté ait été une première fois construite au centre de Paris, puis démontée pour être envoyée en cadeau aux États-Unis, quelques malveillants personnages sont parvenus à subtiliser les caisses l’acheminant vers le bateau en partance pour New-York.

Tandis qu’Edmond peine à dénicher des indices et que les Américains envoient sur place un de leurs agents, les trois amis se lancent tête baissée dans cette dangereuse affaire qui leur réserve bien des surprises.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): CHOUETTE

Dans le Paris de la Révolution Industrielle, trois enquêteurs en herbe traquent ceux qui ont dérobé des parties de la… Statue de la Liberté.

Une chouette BD jeunesse, au dessin un peu naïf pour les adultes.

 

Vents d’Ouest «On a volé la liberté», Summer/Gambino, 48 p., 13.90€.

 

 

10Mademoiselle Baudelaire

 

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril
Dupuis -
Le résumé de l’éditeur

Deux cents ans après sa naissance, Baudelaire continue de marquer les générations et le poète plane sur l’œuvre d’Yslaire depuis les origines.

C’est pourtant Jeanne Duval, celle que le poète a le plus aimée et le plus maudite, que le dessinateur a choisie pour revisiter dans ce chef-d’œuvre la matière sulfureuse et autobiographique des Fleurs du mal.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): ENSORCELANT

Yslaire se livre à Baudelaire au féminin, selon la Vénus noire qui partagea sa vie.

Entre autobiographie et fantastique, l’auteur se glisse dans les failles de l’histoire vraie pour ensorceler avec poésie et érotisme son vénérable inspirateur.

 

Dupuis Yslaire, 160 p., 26€

 

 

11Decorum (T.1)

 

Coco, Yslaire, Dedola, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 22 avril
Urban Comics -
Le résumé de l’éditeur

S’il est vrai que le meurtre constitue un dénominateur commun entre toutes les espèces, il n’en va pas de même pour l’assassinat, qui relève plutôt de… la vocation.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): BIZARRE

La complexité de la galaxie dans laquelle évoluent les assassins, génitrices mystiques et autres guerrières gâche le plaisir de ce space opéra sophistiqué.

C’est inspiré, joli mais on n’a pas tout compris.

 

Urban Comics Hickman/Huddleston, 168 p., 21€