article abonné offert

CULTURE

Le BANAD, prototype d’un tourisme décentralisé post-covid: «Dans la crise, le Bruxellois veut redécouvrir son patrimoine»

Le BANAD, prototype d’un tourisme décentralisé post-covid: «Dans la crise, le Bruxellois veut redécouvrir son patrimoine»

L’Hôtel Solvay, récemment ouvert au public, fait partie du programme du 1er week-end avec ses 17 essences de bois et 23 marbres différents. ÉdA – Julien RENSONNET

Le BANAD, festival bruxellois dédié à l’Art Nouveau et Art Déco, tient sa 5e édition du 22 mai au 6 juin. Sa formule décentralisée sied particulièrement bien à une Bruxelles touristique qui cherche sa voie dans le contexte pandémique. Où le Belge assigné à résidence se penche sur son propre patrimoine.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 35 des 948 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?

Nos dernières videos