JUSTICE

VIDÉO | La mort de George Floyd pourrait être un tournant dans l’Histoire

VIDÉO | La mort de George Floyd pourrait être un tournant dans l’Histoire

Depuis sa mort, George Floyd incarne (représente), plus que tout autre, les victimes des violences policières et du racisme aux États-Unis. AFP

Après trois semaines de procès, le policier Derek Chauvin a été reconnu coupable du meurtre de George Floyd. Le juge prononcera sa sentence dans huit semaines. Derek Chauvin risque jusqu’à 40 ans de prison.

Le 25 mai dernier, George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, était interpellé par quatre policiers dans la ville américaine de Minneapolis car ils le soupçonnaient d’avoir utilisé un faux billet de 20 dollars. Sorti de son véhicule en stationnement par les policiers, George Floyd a été menotté.

Quand les policiers ont voulu le faire monter dans leur voiture, George Floyd a refusé. Plaqué au sol sur le ventre, par trois policiers, il a été immobilisé par Derek Chauvin, un quatrième policier, qui a placé son genou sur sa nuque.

Durant près de neuf minutes, George Floyd a dit: «Je ne peux pas respirer» et a demandé de l’aide.

George Floyd a perdu connaissance et a été déclaré mort moins d’une heure plus tard à l’hôpital. Des passants sont intervenus en vain durant toute cette scène qui a été filmée par une fille de 17 ans.

«L’Histoire se souviendra de ce moment»

Il est très rare qu’un policier blanc soit condamné pour un meurtre aux États-Unis. Le droit américain donne aux policiers une protection juridique très spécifique. Chaque année, en moyenne, la police américaine fait un millier de morts, mais seuls 2% des agents sont ensuite poursuivis. Et très peu sont condamnés.

Toute l’histoire des États-Unis d’Amérique est marquée par la violence raciste. C’est pour cette raison que l’on parle de moment historique avec cette condamnation. Le président américain Joe Biden a exprimé son soulagement à la famille de George Floyd après que le policier ait été reconnu coupable. Il a aussi expliqué qu’il espère que décision puisse être le moment d’un «changement significatif».

L’ex-président des États-Unis, Bill Clinton, a déclaré: «La couleur de peau détermine encore bien trop souvent comment quelqu’un est traité dans presque toutes les sphères de la vie américaine.»

Le sondage de la semaine