Immunité: faut-il s’inquiéter des variants?

Avec la levée de l’interdiction des voyages non-essentiels, la crainte est de voir apparaître de nouveaux variants qui pourraient passer au travers d’une immunité.

Avec la levée de l’interdiction des voyages non-essentiels, la crainte de voir apparaître de nouveaux variants se fait sentir.

«Le variant britannique est devenu la souche de référence dans notre pays comme dans beaucoup de pays d’Europe occidentale, puisqu’il occupe 85% des nouvelles contaminations» a précisé Yves Van Laethem.

+ LIRE AUSSI| VIDÉO | Coronavirus: «La pause de Pâques a eu un effet positif mais...»

«Au niveau belge, l’État continue de déconseiller les voyages à l’étranger car il y a une crainte de réimporter des nouveaux variants - dont nous avons déjà des souches chez nous: 5% sont sud africains, 5% sont brésiliens - mais surtout que l’on importe d’autres variants comme l’indien ou le nord américain. Mais il est clair qu’il va continuer à naître des variants à gauche et à droite.»

 

S’accorder pour gérer le risque

 

Pour l’expert, il faut une réglementation européenne pour éviter la propagation de ces variants.

«Quand les gens vont voyager vers les zones à risque potentiel, il est très important qu’au niveau belge et européen, on s’accorde sur une manière de gérer ce risque en ayant la possibilité d’effectuer un testing au retour et que la quarantaine soit observée. Et si une souche est isolée, il faut qu’elle soit séquencée, c’est-à-dire qu’on puisse voir si c’est une souche banale ou à risque potentiel afin d éviter sa transmission dans la population.»

+ LIRE AUSSI La campagne de vaccination s’accélère en Belgique: 800.000 vaccins livrés la semaine prochaine

Yves Van Laethem précise enfin qu’avec la couverture vaccinale qui s’accroît, il est possible que la souche classique (anglaise) soit moins présente et qu’elle laisse plus de place à d’autres variants.

«Ceci n’est pas impossible car on sait que les anticorps générés par la vaccination sont efficaces mais un peu moins efficaces contre un certain nombre de variants actuels. Ce qui fait que l’on pourrait être porteur de la souche ou légèrement malade, même en étant vacciné. Mais grâce à la vaccination, on a une autre immunité qui se développe, celle des cellules T, qui acquièrent la capacité de lutter de manière efficace contre les cellules infectées par le virus. Elles interviennent juste après les anticorps. Ces cellules T semblent avoir un spectre beaucoup plus large et efficace vis-à-vis des variants. Elles limitent l’évolution vers une infection sévère.»