TÉLÉVISION

Émotions parfumées, boîte noire et topinambours indigestes: «Top Chef» continue sans...

Émotions parfumées, boîte noire et topinambours indigestes: «Top Chef» continue sans...

La boîte noire: le retour d’une épreuve redoutée et redoutable! Marie Etchegoyen / M6

Le dixième épisode de la saison 12 de «Top Chef» a été marqué par le retour de l’épreuve la plus redoutée du concours, par la présence d’un challenger de grande renommée et par une épreuve de sauvetage sous la thématique des légumes oubliés.

Alors que l’épisode de la semaine dernière avait connu son lot de rebondissements avec, entre autres, l’élimination de Thomas, ce nouveau numéro comptant pour la saison 12 fut marqué par les extravagants parfums du chef Arnaud Donckele et de ses sauces aux dizaines de saveurs.

1.Des sauces et des émotions

Pour cette première épreuve du dixième épisode de la saison, les concurrents ont dû faire face à l’un des chefs les emblématiques de la nouvelle génération en France. Véritable compositeur de saveurs, Arnaud Donckele est reconnu dans le milieu par l’extraordinaire poésie et pureté de ses assiettes, mais aussi et surtout l’imagination dont il fait toujours preuve lorsqu’il s’agit de concocter les sauces qui accompagnent ses plats. Ce chef triplement étoilé avait réservé une épreuve particulière pour les représentants de brigade: jouer sur les textures pour obtenir une sauce savoureuse afin de transcender un simple blanc de poulet.

À ce petit jeu, Mohamed a frappé fort en impressionnant véritablement le chef Donckele, lequel trouvait la création du représentant de la brigade rouge «à tomber par terre». En mêlant un jus de roche (à base de sardine, de rouget et d’oursin) à une émulsion de pomme, amande et céleri très acide «pour contrebalancer le gras de la sauce», Mohamed a fait voyager le prestigieux chef: «J’ai l’impression d’être sur Méditerranée et influencé légèrement par le Moyen Orient.» Mais le chef étoilé n’était pas en avare en compliments et, dans la foulée, félicitait Arnaud, lui aussi représentant de la brigade rouge, pour son mélange «génial», «très intelligent» et «vraiment dans le thème» entre un jus de viande et un sabayon.

Mais pour le gain de cette épreuve, Mohamed et Arnaud devaient composer avec Baptiste et son surprenant café liégeois à base de moule, ainsi que Pierre, ancien commis d’Arnaud Donckele et auteur d’un plat «où l’on sent l’expérience».

C’est finalement ce dernier, soumis à un gros stress de par son passé commun avec le juré d’un jour, qui remporte cette épreuve particulièrement serrée: «Lui avait l’équilibre le plus parfait du sujet», a commenté Arnaud Donckele.

2.Le retour de la boîte noire

Faire appel à tous leurs sens pour reproduire le plus fidèlement possible l’assiette référence: tel est l’enjeu de la boîte noir, totalement plongée dans le noir et considérée comme l’épreuve la plus redoutée du concours. D’autant que, grande nouveauté dans cette saison, une difficulté supplémentaire avait été dressée devant les candidats et leurs chefs de brigade: l’identité du chef ayant composé l’assiette référence serait maintenue au secret jusqu’au terme de l’épreuve!

À ce jeu très délicat, c’est l’équipe composée de Bruno, Sarah et Mohamed qui s’en est le mieux sorti: tout comme Pierre, vainqueur de la première épreuve, ils sont qualifiés pour la semaine prochaine.

3.Un «jardin oublié» qui a plu au jury

Recalés lors des deux premières épreuves, Arnaud, Baptiste et Matthias ont finalement joué leur survie dans le concours lors d’une ultime épreuve du jour faisant la part belle aux légumes oubliés.

Si le «jardin oublié» d’Arnaud a rapidement mis tous les chefs d’accord, l’assiette de topinambours, lardons et noix de macadamia composée par Baptiste n’a pas été retenue par le jury. Si Matthias passe par la petite porte, Baptiste, lui, quitte donc le concours.