LIÈGE

Tchétchène abattu à Liège: «Aslanbek est allé sur place dans le but de réconcilier les gens»

Tchétchène abattu à Liège: «Aslanbek est allé sur place dans le but de réconcilier les gens»

Aslanbek, un père de famille de 39 ans, est décédé vendredi, en fin d’après-midi, à Bressoux. Facebook

Aslanbek, le père de famille de 39 ans exécuté vendredi dans sa voiture, à Bressoux, s’était rendu sur place… pour apaiser la situation.

L’association belge «Give Good vzw» @daridobro.eu, l’a indiqué sur les réseaux sociaux: l’homme abattu par balle vendredi, en fin d’après-midi, à Bressoux (Liège), après une altercation entre bandes rivales entre Tchétchènes et Kurdes, venait sur place pour apaiser les tensions.

«Aslanbek était une personne exceptionnellement décente, sympathique et gentille», peut-on lire dans le message adressé par l’association belge de la communauté tchétchène. «Il a toujours aidé ceux qui étaient dans le besoin. Il tendait toujours la main aux faibles, c’était une personne absolument sans volonté de conflits. Et le jour de sa mort, il est allé sur place dans le but de réconcilier les gens. Mais il n’a même pas eu le temps de sortir de sa voiture. D’abord, ils l’ont frappé à la tête, et puis abattu sans même qu’il puisse sortir de sa voiture avec une arme à feu. Ils ont tiré sur lui à plusieurs reprises. Cet acte n’est rien de plus qu’un meurtre planifié, un acte terroriste, il n’est pas allé là-bas pour combattre. Pendant ce mois de Ramadan il s’y est rendu avec une mission pacifique avec l’espoir d’arranger le conflit entre les jeunes qui s’étaient disputés. I| avait pour but de les réconcilier. Il n’avait pas de mauvaises intentions.»

À l’heure actuelle, les 28 personnes interpellées vendredi en fin d’après-midi ont été libérées. Le meurtrier n’a, pour sa part, toujours pas été interpellé.