article abonné offert

ASSISES DE REIMS

Philippe Gillet considère qu'il est "normal, pas violent"

Philippe Gillet considère qu'il est "normal, pas violent"

«Je ne suis pas quelqu’un de violent. Je suis quelqu’un de normal », a clamé Philippe Gillet. EDA Claudy Petit

Jamais il n’avouera avoir fomenté la mort d’Anaïs Guillaume, brûlé son corps et l’avoir caché sous un tas de fumier. Gillet a tout nié hier.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 28 des 492 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?