FLOREFFE

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames

Du haut de leurs quatre fenêtres, des visages huileux regardent les passant, les surprennent. Tout en invitant à découvrir le croqueur Thibaut Bellon, floreffois d’origine louviéroise.

Il y a quelques jours, dans la boîte aux lettres, il y avait un petit mot, pas vraiment doux là où l’artiste préférerait, c’est sûr, qu’on lui demande comment se procurer une de ses peintures. « Nous habitons le voisinage et vos tableaux nous perturbent… beaucoup. Merci de changer cela. »

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
EdA

C’est sûr qu’au premier étage de cet immeuble à appartements du centre de Floreffe, où habite leur créateur, ces invités surprises et sur toile postés à la fenêtre, en exposition éphémère, ne laissent pas indifférent. Déjà, parce qu’ils ne sont pas masqués. La boulangère les adore, en tout cas. Et le voisin du dessous garde quelques-unes de ces natures vivantes chez lui.

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
Croqueurdames

Il faut dire qu’il y en a plein d’autres dans la tanière, geek sur les bords, de Thibaut. En manque de place, il a investi les moindres recoins, dont les appuis de fenêtre. De quoi faire voir du paysage à ses huiles une fois sèches.

On dit bien de certaines femmes qu’elles croquent les hommes, lui, après journée, devient Croqueurdames. De dames ou d’âmes? «On le prend comme on le veut. Mais j’ai une préférence pour le deuxième sens. »

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
EdA

S’il dessine depuis la maternelle (il a tout gardé!), Thibaut est psychologue à domicile ou en maison de repos. Un métier fort impacté par le Covid, mais qu’il prolonge par les arts.

Après avoir goûté aux univers imaginaires, fantaisistes, Thibaut s’est rapproché du réel, du contact. «Naturellement, les bars sont fermés, ça ne facilite pas les liens, mais faire un dessin, ça rapproche toujours les gens. Il n’y a pas un jour où je ne dessine pas.»

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
Croqueurdames

Joignant le geste à la parole, le quadragénaire montre son sac à dos d’homme-orchestre rempli de crayon, de marqueurs (certains subtilisés à son fils) et les nombreux cahiers remplis de figures. Même les couvertures sont griffonnées. «Mon but n’est pas que ce soit beau mais de trouver ce que les gens transpirent. D’ailleurs, les portraits ne sont pas toujours ressemblants mais je cherche à ce que ceux qui les inspirent s’y retrouvent. Il y a beaucoup d’intimité.»

Sans demander d’autorisation, à la sauvage et avec le cœur ouvert à l’inconnu, le Croqueur promène son crayon partout, au boulot, en réunion, dans la rue ou à la péniche Carpe Diem au port de Floreffe Lors d’expériences sociales qu’il se lance en solo, aussi. «Une fois, j’ai passé une nuit en discothèque. Bon, au fil des heures, mon trait était moins assuré. Dans un autre décor, sur mon 31, j’ai participé à une réception dans un château. »

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
Croqueurdames

Pris dans l’énergie, Thibaut dessine vite, le regard malicieux tout en usant parfois de couleurs irréelles, subjectives. Une barbe bleue, des vêtements bariolés.

Traits-rapie

«Il y a toujours plus de force dans le premier croquis, on la perd en retravaillant. Et en même temps, j’ai l’impression de parfois bâcler les choses quand je finis un dessin en dix minutes.» Pourtant, on y trouve de la vie et des mots arrachés à celle-ci. Thibaut a pris l’habitude, quasi en écriture automatique, d’inscrire des textes à côté de ses portraits. Tantôt nébuleux, tantôt troublants.

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
Croquis en vue d’un tableau Croqueurdames

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
Croqueurdames

«Lors d’un vernissage, un jour, je me suis arrêté sur une dame, un peu à l’écart. J’avais l’impression que son œil sortait de l’axe. Alors, j’ai écrit, selon mon ressenti, qu’elle en avait marre de surveiller son mari parce qu’il la trompait. L’homme qui me regardait à l’œuvre m’a interrompu: “Elle vous a dit quelque chose?” En fait, ces deux-là avaient divorcé la veille. C’est dingue mais, en même temps, j’ai vingt ans d’expérience dans l’observation et l’écoute des gens, ça aide. J’avais fait mon doctorat sur la représentation du corps dans la schizophrénie. Je me suis toujours intéressé à l’identité. »

Une autre fois, à Nantes, le Floreffois a fait une rencontre percutante. «Un ami d’ami. Dès que je l’ai vu, sans rien savoir de lui, je savais que je devais l’immortaliser. J’ai aussi mentionné sa fille avec qui il menait une relation compliquée. Sous ses indications, je l’ai dessinée à son tour. Elle n’était pas là mais, par cette feuille de papier, ils ont dialogué. Lui en a pleuré.»

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
Croqueurdames

Chacun prend ce qu’il veut bien prendre et cet Urban Sketcher offre volontiers ses dessins à ses modèles de quelques minutes, qui l’acceptent ou pas. « Certains m’ont dit que ça leur avait fait un bien fou. »

Il y a quelques jours, une étudiante de la haute école Albert Jacquard a choisi le créatif comme «Inspirant» pour un de ses devoirs.

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
Croqueurdames

Namur, héroïne aux 1 001 visages

Sous le regard de Batman mais aussi d’Indiana Jones et d’autres jedis, le Croqueurdames n’est pas en reste de projets. Il y a toutes ces toiles sur lesquelles il avance simultanément.

via GIPHY

Il y a aussi ce script de court-métrage de s-f, en 2168, dans une cité… sous cloche; des envies de BD; de bronzes; d’un album jeunesse à quatre mains avec son fiston. «C’est lui qui me donne les idées: Captain Man et la planète choco, le petit pou pas aimé du tout sans oublier un inventeur fou. » Sur une feuille, tout a été listé.

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
Une peinture à l’huile en cours dans le cadre de l’enseignement que l’artiste suit à l’Académie des Beaux-Arts de Namur, avec Pierre Debatty. Croqueurdames
PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
Thibaut collabore aussi avec son fils, jamais à cours d’idée, lui aussi. Croqueurdames

Mais le projet qui tient le plus à cœur l’inventif créateur, c’est Namur, héroïne aux 1001 visages. « Encore plus dans une époque de demi-visages! C’est un hommage au mythologue Joseph Campbell qui avait étudié la manière dont un héros se révélait face à une quête. Je veux en tirer une parabole. Face à l’épreuve, comment les Namurois peuvent-ils se métamorphoser.»

PHOTOS| Floreffe: du monde au balcon invite à percer la bulle du Croqueurdames
Croqueurdames

«C’est un projet que j’ai soumis au Delta en espérant une résidence, dix jours d’immersion que je partagerais avec Ali Mowel, un collègue-rapeur. Il pourrait mettre au point un corpus lexical sur le vocabulaire, le phrasé ramené des anonymes rencontrés. Et on conclurait par un concert illustré. »

www.croqueurdames.com. Croqueurdames sur facebook et Instagram