PROVINCE DE LUXEMBOURG – HORECA

René Collin, patron de cinq pizzerias: «On rouvre le 1er mai, à l’intérieur aussi!»

René Collin, patron de cinq pizzerias: «On rouvre le 1er  mai, à l’intérieur aussi!»

René Collin: «On rouvre le 1er mai!» EDA Claudy Petit

Alors que le secteur de l’Horeca espérait une réouverture le 1er mai, il n’en sera rien. Le Comité de concertation a annoncé ce mercredi que les terrasses pourront rouvrir à partir du 8 mai, mais qu’il faudra encore patienter pour accueillir des clients à l’intérieur. Nous avons recueilli quelques réactions dans la province.

René Collin, patron des pizzerias «La Vendetta»

 

«On rouvre le 1er mai!»

 

La chaîne La Vendetta, c’est plus de cinq pizzerias à travers la province de Luxembourg. Son gérant, René Collin, subit cette crise sanitaire depuis plus d’un an comme tous ses collègues du monde de l’Horeca. Il a pris connaissance des nouvelles mesures du comité de concertation ce mercredi après-midi, à savoir la réouverture des terrasses le 8 mai prochain. «Je reste sur ma position que j’ai depuis un petit temps, à savoir la réouverture de mes commerces le samedi 1er mai, tant en intérieur qu’en extérieur explique le gérant. Si les politiciens étaient honnêtes, ils respecteraient leur parole et la date annoncée il y a quelques mois. Chez moi, toutes les réservations sont faites pour le 1er mai. Adviendra ce qu’il adviendra mais nous ouvrirons. On nous menace de nous faire rembourser les primes octroyées si nous ouvrons plus tôt? J’ai touché 24 000€ de primes, je veux bien les rendre sans problème. En conférence de presse ce mercredi, ces politiciens expliquent que 50% de la population soutient leurs décisions. C’est totalement faux, 70% ne sont pas d’accord avec eux et les bourgmestres en font partie. Certains gouverneurs ne sont également pas d’accord et octroient des choses dans certaines provinces. Ici en province de Luxembourg, le gouverneur Schmitz n’ose pas bouger, c’est désolant!», soupire René Collin. Et d’ajouter: «J’espère que tout le monde suivra. Nous ne sommes pas des assassins, nous allons rouvrir avec toutes les mesures sanitaires que nous connaissons et les protocoles seront respectés. Nous souhaitons juste travailler. Si on m’arrête suite à l’ouverture, je n’aurai pas d’autre choix que de me rendre au tribunal du travail, déposer le bilan et mettre 50 personnes au chômage», termine le restaurateur.

Nassogne | Le relais Saint-Monon

 

«J’ouvrirai bien le 1er mai car je n’ai plus rien à perdre»

 

René Collin, patron de cinq pizzerias: «On rouvre le 1er  mai, à l’intérieur aussi!»
Le Relais Saint-Monon rouvrira le 1er mai. -
Roxane Godfroid, qui gère la brasserie-restaurant «Le Relais Saint-Monon à Nassogne» témoignait dans notre édition de mercredi de son intention de rouvrir son établissement le 1er mai quoique décide le Gouvernement mercredi après-midi.

Un Comité de concertation qui n’a finalement pas rencontré ses espoirs, ni ceux du secteur Horeca en général: «Je suis partagée entre incompréhension à l’issue de cette nouvelle annonce. Cela fait sept mois maintenant que l’on nous mène en bateau et que l’on postpose les dates de réouverture. Je pense que certains décideurs ne se rendent même pas compte de la détresse dans laquelle on vit depuis des mois, pas uniquement moi et mon mari, mais tout le secteur Horeca.»

«Je n’ai qu’une parole!»

Roxane Godfroid qui confirme bien son intention de rouvrir le relais Saint-Monon le 1er mai prochain. «Je n’ai qu’une parole. J’ai demandé au bourgmestre (NDLR: Marc Quirynen) les risques que j’encourais en cas de réouverture. Il a dit qu’il reviendrait vers moi avec la réponse dans la semaine. De toute manière, au point où j’en suis, je n’ai absolument plus rien à perdre. On ne peut plus continuer à vivre comme cela. Si je dois attendre le mois de juillet pour rouvrir, je n’y arriverai tout simplement pas. Je risque la faillite bien avant. Les huissiers sont déjà là.»

Arlon | La Marmite Ukrainienne

 

«Je n’ouvre pas, ce ne sera pas rentable»

 

René Collin, patron de cinq pizzerias: «On rouvre le 1er  mai, à l’intérieur aussi!»
-
Arlon, l’ouverture des terrasses programmée au 8 mai et donc le report de l’ouverture totale de l’Horeca au mois de juin n’arrangent pas grand monde. Combien de restaurants disposent, en effet, d’une grande terrasse, dans un beau cadre et pas à côté de la route?

À la Marmite Ukrainienne, le patron Rudi Kirschenbilder a vite fait ses comptes. «En temps normal, j’ai une terrasse avec sept tables de deux personnes, sur 9,50 m de long et 1,50 m de large (NDLR: soit 14 m2), dont le passage pour l’entrée sur deux mètres, dit-il. Je vais me retrouver avec quatre tables ou cinq au maximum et dans ces conditions, je n’ouvre pas. Je vais devoir réengager ma cuisinière et je sais déjà que ce ne sera pas rentable. Je veux au moins pouvoir servir 15 personnes, à midi et le soir. Tant que je ne peux pas, je n’ouvre pas.»

Et Rudi Kirschenbilder de poursuivre: «Avec la météo actuelle, il faut manger avec des cagoules et des moufles. En plus, ils vont commencer des travaux dans ma rue à la fin du mois. Vous viendrez manger chez moi avec le bruit d’un bulldozer à côté? Ou avec les voitures qui passent juste à côté de la terrasse?»

«Début juin? Pas convaincu»

Le restaurateur va continuer de vendre des plats à emporter, en attendant la véritable ouverture du secteur. «Et je vais quand même mettre trois tables hautes dehors, pour ceux qui veulent rester quelques minutes, pour manger sur place quelques saucisses ou hamburgers. Maintenant, si je pouvais laisser mes sept tables sur ma terrasse, alors j’ajoute des chaufferettes et j’ouvre dès le 8 mai.»

La Marmite Ukrainienne sera, en tout cas, prête pour le début du mois de juin. «Je fais à manger tous les jours, ajoute le patron. Ma cuisine tourne. En cinq, six heures, je nettoie le restaurant, je range tout et je suis prêt à rouvrir complètement. Mais est-ce qu’on ouvrira réellement en intérieur début juin? Je ne suis pas convaincu. Il pourrait y avoir encore un autre report. J’espère de tout cœur qu’on pourra rouvrir complètement. Je ne demande que ça, travailler et revoir mes clients. »