MONDE

Polémique: une élève italienne contrainte de se bander les yeux pendant un examen à distance

Polémique: une élève italienne contrainte de se bander les yeux pendant un examen à distance

Capture d’écran Repubblica

La professeure voulait éviter toute tricherie, mais l’obligation de se bander les yeux a provoqué un sentiment d’humiliation chez l’adolescente. L’affaire a fait beaucoup de bruit via les réseaux sociaux. Une enquête est désormais ouverte.

L’information a été rapportée par la presse italienne ce mardi: une professeure de collège italienne a obligé une élève à se bander les yeux pendant un examen à distance pour l’empêcher de tricher. Ce qui a suscité la colère de la communauté éducative.

Mais pourquoi donc une telle demande? L’enseignante de Vérone reprochait de «trop bons résultats» à l’adolescente de 15 ans.

«Je me suis sentie humiliée», a confié la jeune à ses amis, qui ont décidé de protester sur les réseaux sociaux et de saisir les autorités.

Une enquête ouverte

La réaction ne s’est pas faite attendre. Dans la foulée, la direction des affaires scolaires de Vénétie a ouvert une enquête et les messages politiques se sont multipliés. «La culture de la suspicion n’entre pas dans les objectifs de l’école: le geste de la professeure me semble excessif et inopportun. J’adresse ma solidarité à la collégienne», a réagi la sous-secrétaire d’État à l’éducation du gouvernement de Mario Draghi, Barbara Floridia.

L’Union des étudiants a par ailleurs demandé au gouvernement l’application de la charte des droits des élèves suivant l’enseignement à distance, rédigée par ce syndicat.

Le cas de l’adolescente de 15 ans ne serait pas isolé. D’autres élèves du même collège affirment avoir dû présenter des examens le visage presque collé à leur écran de façon à ne pas pouvoir lire leur cours.