TOURNAI

Semoule is beautiful: une expo ah(u)rissante des «garagistes»

Les chameaux perdus à Tournai, ce n’était pas eux, ils le jurent. Mais l’expo Semoule is beautiful, on la doit bien aux «garagistes»

Depuis la parution de la bible de l’économie à taille humaine, (c’était en 1973!), son titre Small is beautiful a été mis à toutes les sauces.

Avait-il déjà été accommodé à la harissa? Reconnaissons que nous n’en savons rien, mais qu’importe. Le collectif Garage, constitué d’une bonne dizaine d’artistes du cru, a choisi de «secouer le couscoussier», comme il l’annonce lui-même.

Il fallait avoir un grain (Dieu, Allah et tous les autres savent qu’ils en ont en quantité) pour concevoir cette expo ouvertement ahurissante, ou plutôt harissante, à voir, et à suivre (ne refusez surtout pas le guide!) à la galerie du Lapin perdu. Une expo qui amuserait en temps ordinaire, comprenez sans Covid, mais qui fait d’autant plus de bien par temps de pandémie.

Lors de notre passage, c’est Marjorie Van Den Hauwe qui nous initie à l’art de la semoule. Elle présente le travail de tous ses collègues de Garage avec la même ferveur qu’elle ne propose ses miniatures détournées, tel ce souvenir prétendument de Lourdes où un E.T. porte un plat à tajine sur la tête…

Cela dit, la semoule n’est pas que small, la semoule est grande aussi. Universelle même, et la voûte céleste n’est plus qu’un agglomérat de grains de couscous. Neil Armstrong, ce héros, ne veille-t-il pas sur un silo lunaire…

Plus terre à terre, mais tout aussi déjantée, la machine à pédaler dans la semoule est la création indispensable de l’expo où l’on peut encore acquérir une carte postale affichant ce qui a dû être le point de départ de l’affaire: «Tu n’es pois chiche de le faire»…

Tout est à l’avenant. Assiettes en alu repoussé présentant des figures religieuses «d’ici» tatouées au henné, décomposition couleur par couleur du célébrissime tube de harissa, installation vidéo où dansent les grains, etc. Et puis la table du pauvre, dressée, faisant écho à l’hospitalité de «là-bas».

Joignant le geste à l’idée, dans un coin de la pièce, mijote la soupe (ce n’est pas couscous tous les jours…) qui sera distribuée le lendemain à celles et ceux qui en ont besoin.

À travers leurs délires artistiques, entre bricolage et virtuosité technique, les garagistes invitent à repenser les liens humains par-delà les civilisations d’origine.

Semoule is beautiful par le collectif Garage. Avec les contributions de Jean-François Van Haelmeersch, Priscilla Beccari, Léo D’Vadder, Marjorie Van Den Hauwe, Camille Mariage, Florence Roman, Tom Lombardo, Elodie Moreau, Olivia Duhamel, Laurence Henry.

Galerie du Lapin perdu (Académie des Beaux-Arts), 14 rue de l’Hôpital, Tournai, du mercredi au dimanche de 14 à 18 h, jusqu’au 29 avril. Par bulles Rendez-vous auprès de Gordon War greg_vanlaecken@maisonculturetournai.com