CORONAVIRUS

Une étude israélienne rapporte que le vaccin Pfizer/BioNTech serait moins efficace face au variant sud-africain

Une étude israélienne rapporte que le vaccin Pfizer/BioNTech serait moins efficace face au variant sud-africain

Illustration AFP

Le variant sud-africain du coronavirus est davantage capable de «franchir» les défenses du vaccin Pfizer/BioNTech que les autres formes du virus, ont déclaré dimanche à l’AFP des chercheurs ayant réalisé une étude en Israël.

Cette étude menée par l’université de Tel-Aviv et Clalit, principale caisse maladie du pays, a comparé 400 personnes non vaccinées ayant contracté le Covid-19 à 400 autres personnes partiellement ou totalement vaccinées et l’ayant également contracté.

L’Etat hébreu immunise sa population avec le vaccin du duo américano-germanique.

Selon cette étude publiée samedi mais non encore évaluée par des pairs, moins de 1% des contaminations en Israël sont dues au variant sud-africain.

Un vaccin qui fonctionne tout de même

Mais parmi les 150 personnes ayant reçu les deux doses nécessaires du vaccin, «le taux de prévalence (du variant sud-africain) était huit fois plus élevé que chez les personnes non vaccinées», indique l’étude.

«Cela veut dire que le vaccin Pfizer/BioNtech, bien qu’extrêmement protecteur, n’offre probablement pas le même niveau de protection contre le variant sud-africain du coronavirus» que contre les autres formes du virus, note l’étude.

«Le variant sud-africain est capable, dans une certaine mesure, de franchir la protection du vaccin», a indiqué à l’AFP Adi Stern, professeure à l’université de Tel-Aviv et co-auteure de l’étude.

«Statistiquement insignifiant»

Mais vu le «très petit nombre de personnes vaccinées infectées» par le variant sud-africain --huit--, c’est «statistiquement insignifiant», a-t-elle estimé.

Deux études publiées en février dans la revue New England Journal of Medicine, menées par les laboratoires Pfizer/BioNTech et Moderna, ont montré une présence d’anticorps après vaccination inférieure chez les personnes infectées par le variant sud-africain, indiquant une protection réduite.

L’étude israélienne est la première à évaluer la capacité du variant sud-africain à contourner le vaccin.

Israël, qui a recensé 835.900 malades dont 6.296 décès, observe depuis plusieurs semaines un recul de l’épidémie grâce notamment à une vaste campagne de vaccination débutée le 19 décembre.

Plus de la moitié (53%) des 9,2 millions d’habitants ont reçu les deux doses du vaccin. Une étude portant sur 1,2 million de personnes en Israël a montré qu’il était efficace à 94%.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos