BELGIQUE

Les brasseurs plaident pour une réouverture le 1er mai et veulent une perspective claire du Codeco

Les brasseurs plaident pour une réouverture le 1er mai et veulent une perspective claire du Codeco

Manifestation des brasseurs wallons à Namur le mois dernier. EdA - Florent Marot

Suite à la sortie de Pedro Facon, la fédération des brasseurs belges a une nouvelle fois plaidé samedi pour la réouverture du secteur de l’horeca à partir du 1er mai, en combinaison avec des mesures de soutien financier importantes.

«Sans quoi un tiers du patrimoine culturel reconnu par l’UNESCO risque de disparaître», a souligné la fédération dans un communiqué.

«Les brasseurs belges continuent à croire que la réouverture sûre de l’horeca (fermé depuis le 19 octobre dernier, ndlr) le 1er mai fait partie de la solution et demandent une perspective claire du comité de concertation du 14 avril», ajoute le texte.

Cette demande des brasseurs intervient après une sortie médiatique du commissaire corona, Pedro Facon, chargé de coordonner la réponse belge à l’épidémie de coronavirus, a annoncé dans la presse qu’il conseille aux politiques de ne rouvrir l’horeca qu’à la mi-mai - plutôt qu’au début du mois comme envisagé actuellement.

«Tant pis si ce message n’est pas populaire. Mais promettre des châteaux en Espagne puis revenir dessus, cela n’aide pas», affirme-t-il. «Après le 19 et le 26 avril, il serait sage d’attendre trois semaines avant la prochaine grande étape». Ce qui nous mènerait à la mi-mai.

Selon la fédération des brasseurs, la perspective de réouverture des établissements de l’horeca «ne peut être retardée plus longtemps». En effet, explique-t-elle, les acteurs de ce secteur ne peuvent pas redémarrer leurs activités en quelques jours et les entreprises qui les approvisionnent doivent également être en mesure de constituer leurs stocks des semaines à l’avance afin de pouvoir les livrer dans de bonnes conditions.

«Les événements de ces dernières semaines l’ont encore démontré: le bien-être mental de la population est fortement mis sous pression après presque 6 mois de confinement, ce qui s’est soldé par de nombreux rassemblements incontrôlés. Or, la réouverture de l’horeca (à l’intérieur/à l’extérieur) peut offrir un environnement de détente sécurisé, dont nous avons tant besoin et dans lequel les citoyens peuvent se rencontrer de manière organisée et sûre, tout en respectant toutes les règles en vigueur. Les protocoles stricts, en cours de discussion avec les fédérations HoReCa (et celles de leurs fournisseurs), les experts et les autorités, permettront de maîtriser la propagation du virus», font encore valoir les brasseurs.

Selon eux, une réouverture permanente, sûre et balisée de l’horeca est d’autant plus envisageable à partir du 1er mai grâce à l’arrivée du beau temps, à l’avancée de la campagne de vaccination et à un meilleur dépistage et traçage. Le secteur de l’horeca fait partie de la solution, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, grâce au professionnalisme et au contrôle social exercé par les patrons et leur personnel. «L’application des règles sanitaires y est plus facile que dans beaucoup d’autres endroits», conclut le texte.



Coronavirus : le bilan en Belgique