CORONAVIRUS

Assouplissements fin avril, début mai? «Un scénario optimiste le permettrait»

Assouplissements fin avril, début mai? «Un scénario optimiste le permettrait»

Steven Van Gucht BELGA

Le Centre de crise et Sciensano ont tenu une nouvelle conférence de presse ce vendredi, pour analyser les dernières tendances à la baisse de l’épidémie de coronavirus en Belgique.

Dans le scénario le plus optimiste, un assouplissement des mesures serait possible à partir de la fin du mois d’avril ou du début du mois de mai, a fait savoir vendredi à Belga le virologue Steven Van Gucht.

+ LIRE AUSSI | VIDÉO | Coronavirus: «Nous sommes sur la bonne voie mais le chemin est encore long»

Steven Van Gucht a souligné que les politiques ne veulent plus se laisser enfermer dans des valeurs concrètes comme seuil à atteindre. Il est donc particulièrement important d’examiner la tendance et le niveau croissant de la vaccination. «Si nous assurons un bon suivi des mesures, nous pourrons progressivement accorder plus d’assouplissements dans la seconde moitié du mois d’avril ou au début du mois de mai», a précisé Steven Van Gucht. À condition toutefois que le nombre d’admissions à l’hôpital soit inférieur à 100 par jour et que la tendance soit négative.

Le porte-parole interfédéral Yves Van Laethem a expliqué qu’il y avait principalement deux scénarios. «On exclut le troisième qui serait celui d’une quatrième vague. Il n’y a aucune raison de le penser à ce stade. On pourrait donc rester sur un plateau élevé, plus élevé que celui qu’on a connu en décembre, janvier et février. C’est le scénario pessimiste, c’est-à-dire, avoir en permanence 400, 500, 600 patients en soins intensifs, c’est difficile à soutenir. Soit, un scénario plus optimiste, dans lequel nous entamerions une descente avec moins de 100 admissions à l’hôpital par jour ou moins de 200 ou 300 patients hospitalisés en soins intensifs», conclut-il.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos