CORONAVIRUS

Quels sont les indicateurs à suivre pour le prochain Comité de concertation? La réponse d’Yves Van Laethem

Quels sont les indicateurs à suivre pour le prochain Comité de concertation? La réponse d’Yves Van Laethem

Pour Yves Van Laethem, tous les paramètres sont importants. BELGA

En marge de la conférence de presse de Sciensano et du Centre de crise, Yves Van Laethem a fait le point sur les indicateurs qui guideront les choix du prochain Comité de concertation.

 

 

Actuellement, la Belgique souffle le chaud et le froid sur l’épidémie de coronavirus. Les nouveaux cas continuent de baisser et les nouvelles hospitalisations ont diminué pour la première fois en quatre semaines. Par contre, le taux de lits occupés et les décès augmentent.

Dès lors, quels sont les paramètres les plus importants à prendre en compte pour le gouvernement fédéral et les gouvernements des entités fédérées, alors qu’un Comité de concertation est annoncé la semaine prochaine?

«Tous les paramètres sont importants et nous donnent des indications différentes. Le taux d’hospitalisation et l’occupation des lits en soins intensifs, représentent le poids actuel, et pour les quelques semaines qui viennent, sur notre système de santé. On sait qu’on ne veut pas dépasser un certain poids de peur d’avoir des soins de moins bonne qualité, tant pour ces patients que pour les autres.»

 

Moins il y aura de contaminations, moins il y aura de gens hospitalisés dans les deux à quatre semaines.

 

Selon le porte-parole interfédéral, ces paramètres donnent une idée de ce qu’il va se passer durant les deux prochaines semaines, à l’inverse du taux de contamination, qui nous donne la tendance pour les semaines qui vont suivre. «Le taux de contamination nous donne la direction dans laquelle vont aller les hospitalisations et les séjours en soins intensifs. Moins il y aura de contaminations, moins il y aura de gens hospitalisés dans les deux à quatre semaines.»

Outre le taux de contamination, les experts restent attentifs aux tranches d’âge dans lesquelles les contaminations se passent. «C’est plus grave quand il s’agit de personnes âgées. Le taux de vaccination dans la population est aussi important. Il va moduler de manière indubitable l’évolution des contaminations et spécialement des hospitalisations.»

 

Pause de Pâques: suffisante pour assouplir les mesures?

Dans la perspective d’éventuels assouplissements et d’une réouverture de l’Horeca dès le 1er mai, le prochain Comité de concertation se révélera primordial. Dès lors, cette «pause de Pâques» suffira-t-elle à réduire suffisamment les chiffres pour assouplir les mesures comme prévu?

«La boule de cristal n’est pas en notre position. On est dans une zone d’incertitude avec deux directions potentielles: une tendance pessimiste avec un plateau encore plus élevé qu’avant, et une tendance positive avec un taux d’hospitalisations qui continue à diminuer. C’est la manière dont notre comportement va se traduire dans les faits qui pourra avoir un impact sur les chiffres. Les modèles ne sont jamais qu’une aide à la décision », précise Yves Van Laethem.

 

 



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos