SNOOKER

Fin du rêve pour Julien Leclercq

Fin du rêve pour Julien Leclercq

Julien Leclercq n’a pas à rougir de ses prestations à Sheffield. Yves Bircic

Le Crisnéen s’est incliné face à Chang Bingyu et voir son parcours s’arrêter au 2e tour des qualifications. Un superbe parcours tout de même!

Un peu plus de 48h à peine après l’exploit réalisé face à l’Iranien Vahedi, Julien Leclercq était de nouveau en action ce jeudi matin. Pour le deuxième tour des qualifications pour les championnats du monde, le Crisnéen était opposé au Chinois Chang Bingyu, 18 ans également et… gaucher comme notre compatriote.

L’entame de match est assez tactique, les deux adversaires se testent, se jaugent. Chacun ne veut pas commettre une erreur qui pourrait lancer l’autre dans une belle série. Le score s’en ressent puisqu’après plusieurs minutes de jeu, le marquoir n’affiche que 6-3 en faveur de Chang. Finalement, c’est ce dernier qui parvient à ouvrir le jeu, empocher les billes les unes après les autres et remporter cette frame 57-3.

Pas de quoi décontenancer Julien Leclercq qui, après une manche pour rentrer dans sa rencontre, prend confiance. Si bien qu’il offre un véritable récital à son adversaire pour remporter cette deuxième manche 0-74!

La troisième reprise est plus disputée, au début en tout cas. Les deux joueurs prennent la tête l’un après l’autre et on craint d’ailleurs pour le Belge quand il manque de chance au moment de rentrer la bille rose. Le 75e mondial parvient alors à prendre le large à 23-9, mais commet une petite erreur. Le Crisnéen n’en demandait pas tant, le jeu est ouvert et il s’offre cette manche sur la marque de 23-60.

Sur sa lancée, notre représentant continue d’imposer son rythme et s’échappe rapidement à 0-42 et semble bien parti pour mener trois frames à une. Mais le Chinois recolle à 39-42, passe devant (43-42) et s’envole à 75-42. Il reste alors les billes de couleur à mettre, Leclercq a sa chance, n’y parvient pas, au contraire de Chang qui égalise à deux manches partout (80-42).

Comme de coutume après quatre reprises, les deux joueurs peuvent profiter d’une pause d’un petit quart d’heure. Cela n’entrave pas la bonne dynamique du Chinois qui mène 12-0 avant une réplique cinglante de Leclercq (12-40). Ce dernier loupe alors un empochement qui semblait à sa portée et relance son adversaire: 39-40, 39-47, 47-47 et enfin 47-51. Le combat de haute lutte tourne finalement en faveur du mieux classé des deux joueurs: 79-51 et trois frames à deux pour Chang.

Le début de la sixième manche est très tactique, chacun place ses pions et le Belge mène 5-1. Moment choisi par son adversaire pour déverrouiller la partie, prendre les choses en mains et faire cavalier seul jusqu’à 59-5. L’écart est trop grand, il empoche une quatrième manche (NDLR: il en faut six pour remporter le match).

Au pied du mur, comme c’était déjà le cas lundi soir, le fils de Georges prend les rênes de la 7e reprise et mène 0-38. Mais la réaction du Chinois est à la hauteur de son talent: il inscrit 93 points de rang, s’offre une nouvelle manche et se rapproche de la victoire.

Cinq manches à deux en faveur de l’adversaire de Leclercq, cela ne vous rappelle rien? Le scénario était identique au premier tour face à Vahedi. Mais notre petit Belge n’aura cette fois pas la même force de caractère pour revenir dans la partie. Il s’incline finalement six frames à deux et voit son parcours dans ces championnats du monde s’arrêter.

Mais, le temps de quelques jours, il aura pu vivre son rêve. Et ce n’est sans doute pas fini. Car, avec ce qu’il a montré durant ces deux matchs, c’est sûr: on entendra encore parler de Julien Leclercq!