TOURNAI

PHOTOS | Deux arbres remarquables seront abattus dans le parc Brassens, à Tournai

PHOTOS | Deux arbres remarquables seront abattus dans le parc Brassens, à Tournai

Les arbres concernés sont situés à l’arrière de bâtiments dont la toiture a déjà été endommagée par des branches tombées. ÉdA – 501322521078

Ce n’est pas de gaîté de cœur que le bourgmestre de Tournai a pris un arrêté donnant ordre d’abattre deux arbres dans la partie du parc communal qui devrait être rebaptisée «Georges Brassens». C’est une question de sécurité publique….

La Ville de Tournai met un point d’honneur à protéger et à valoriser son patrimoine arboré.

Deux brochures – disponibles notamment à l’Office du tourisme de Tournai – témoignent de cet attachement: l’une, intitulée «Circuit découverte d’Arbres remarquables – Tournai» et l’autre, «Les journées du patrimoine arboré de la Ville de Tournai, hier et aujourd’hui», sont nées d’un partenariat entre la Ville et l’agence de développement de l’économie et de l’environnement de la Province du Hainaut (Hainaut développement).

PHOTOS | Deux arbres remarquables seront abattus dans le parc Brassens, à Tournai
Les arbres sont situés à l’arrière du bâtiment qui abrite les locaux des Amis de Tournai et du service des sanctions administratives de la Ville. ÉdA

Aussi, quand il s’agit d’abattre un arbre dans la Cité des cinq clochers, surtout si ce dernier est officiellement reconnu comme étant «remarquable», c’est qu’il n’y a vraiment pas d’autres issues possibles.

C’est donc avec un pincement au cœur que le bourgmestre de Tournai a dû se résoudre à signer récemment cet arrêté condamnant un peuplier blanc et un hêtre commun à terminer leur existence en copeaux ou dans l’âtre d’une cheminée.

PHOTOS | Deux arbres remarquables seront abattus dans le parc Brassens, à Tournai
Fort heureusement, le parc abrite encore de nombreux arbres dont l’état de santé ne nécessite pas une mesure aussi radicale. ÉdA

«Cette décision a été prise sur base d’un rapport établi le 22 mars dernier par M. Vincent Zegers, agent technique en chef auprès de Hainaut développement», explique le premier magistrat tournaisien dans son arrêté nécessité par l’urgence.

Un constat sanitaire sans appel dressé par la Province

L’étude évoquée, réalisée à la demande de la Ville, concerne en réalité six arbres plantés du côté de l’allée Paul Bonduelle dans la partie du parc communal que Paul-Olivier Delannois a proposé de rebaptiser «parc Brassens». Cette analyse avait pour objectif de dresser l’état phytosanitaire des arbres en question et d’envisager de développer des actions susceptibles d’assurer à la fois leur pérennité tout en garantissant la sécurité du public.

PHOTOS | Deux arbres remarquables seront abattus dans le parc Brassens, à Tournai
Certains arbres nous offrent de jolis avant-plans… ÉdA

Pour deux des six arbres analysés, le constat est sans appel. Le peuplier blanc – populus alba pour les connaisseurs – présente en effet des nécroses telles que les risques de rupture sont bien réels.

Quant au hêtre communal, celui-ci est attaqué par un champignon au curieux nom d’«ustuline brûlée» qui le pourrit littéralement de l’intérieur et menace également sa stabilité.

Le bâtiment situé à proximité des arbres – où sont abrités les locaux des Amis de Tournai et du service des sanctions administratives de la Ville – a déjà eu sa toiture endommagée par des branches tombées et des travaux de réparation sont d’ailleurs toujours en cours.

PHOTOS | Deux arbres remarquables seront abattus dans le parc Brassens, à Tournai
Le Gingko Biloba est fort heureusement épargné… ÉdA

Dans un cas comme dans l’autre, la solution préconisée par l’expert provincial consiste à abattre ces deux arbres sans attendre. Et surtout avant qu’ils s’écrasent au sol au risque de blesser un promeneur.

Il n’existe malheureusement pas (encore) de vaccin pour sauver les végétaux d’une mort inexorable.

En principe, il faut un permis sauf si la sécurité publique est menacée

Comme il s’agit, dans les deux cas, d’arbres «remarquables», la procédure voudrait qu’un permis d’urbanisme soit sollicité préalablement à leur abattage. Toutefois, comme le rapport de l’expert insiste sur la nécessité de procéder à un abattage d’urgence pour des raisons de sécurité publique, le bourgmestre peut s’appuyer sur l’article 135 de la loi communale (on vous épargne les ratifications…) lui offrant la possibilité d’agir par le biais d’un arrêté sans respecter la procédure initialement évoquée. L’ordonnance maiorale précise dès lors dans son article premier qu’«il est donné ordre de faire procéder sans délai à l’abattage des deux arbres, un peuplier blanc et un hêtre commun, identifié dans le rapport du 22 mars 2021, comme présentant un danger pour la sécurité publique».

PHOTOS | Deux arbres remarquables seront abattus dans le parc Brassens, à Tournai
Parmi les autres curiosités végétales du parc communal: le Plaquenier du Japon (qui n’est pas non plus concerné par un abattage). EdA

Avec toutefois cette précision importante reprise dans l’article 2 dudit arrêté: «un recours contre la présente décision peut être déposé par voie de requête au Conseil d’État dans un délai de 60 jours à partir de sa notification».