LIBRAMONT

Un héros de 1914 est originaire de Neuvillers

Un héros de 1914 est originaire de Neuvillers

Sur ce cliché pris à Neuvillers avant 1902, on voit (à gauche) le petit René avec son papa, Henri Thomas. -

Le Cercle Art et Histoire de Libramont vient de sortir son nouveau cahier.

Le 31e cahier d’histoire de Libramont-Chevigny est paru. Dans la préface, le Cercle Art et Histoire via son secrétaire Olivier Orianne revient sur l’année 2020 réduite à sa plus simple expression en termes d’activités, puisque quasi-tout a été reporté à cette année. L’inauguration du circuit promenade des 9 panneaux thématiques sur la Bataille des Ardennes a été reportée dans le courant de ce printemps; le Libramonissime a été remis au 16 octobre prochain et on peut encore s’y inscrire en solo ou en groupe en tant qu’association ou entreprise. Au rayon des nouveautés, M. Orianne signale la création d’une commission patrimoine dont le but sera de publier un ouvrage d’art sur le petit patrimoine libramontois.

Un profil Facebook du Cercle Art et Histoire a été créé.

René Lucien Thomas, ce héros

Le nouveau cahier d’histoire comporte sept chapitres dont celui relatif à la vie de René Lucien Thomas, né à Neuvillers le 6 septembre 1893.

Il voulait être prêtre et finalement il sort de l’école des Frères de Carlsbourg avec un diplôme d’instituteur et enseigne à Biourge jusqu’au moment où la guerre le rattrape en août 1914. Il rejoint le front comme brancardier. En mars 1918, il sort de sa tranchée pour porter secours à un blessé et oublie son masque à gaz. Une bombe lui sera fatale. Il décédera le 3 mars 1918 et sera enterré à Hoogstade avant d’être ramené au cimetière de Neuvillers en décembre 1921. La Commune lui versera une rente, inscrira son nom au monument aux morts et sa maman touchera une pension de veuve de guerre car il était son fils unique.

Elle recevra aussi le droit de vote, note encore Christian Giboux, l’auteur de cette petite étude.

Un important chapitre est consacré aux vingt ans du musée des Celtes; un autre, assez curieux, attire l’attention par son libellé: «Procès contre un cadavre, Freux 1634-1635» et est signé Louis Siméon; quelques images de l’hélicoptère postal au temps où il se posait à Libramont pour prendre le courrier dans les années 1950 et des clichés de l’ancienne église de Libramont et du presbytère devenu musée des Celtes referment ce 31e cahier de 35 pages.

Il est vendu 4€. On peut s’abonner en versant 10€ au compte BE81068225059124.

Infos: 061/22 38 87; louis.simeon@gmail.com et o_orianne@hotmail.com