CORONAVIRUS

Vaccin AstraZeneca: suspension de l’essai clinique pédiatrique

Vaccin AstraZeneca: suspension de l’essai clinique pédiatrique

- AFP

Les régulateurs britannique, européen et de l’Agence mondiale de la Santé (OMS) passent en revue les données relatives au vaccin et à une association potentielle à des thromboses.

L’essai clinique du vaccin Oxford/AstraZeneca contre le Covid-19 chez les enfants a été suspendu alors que les régulateurs de divers pays enquêtent sur une forme rare de thrombose chez les adultes.

L’université d’Oxford a indiqué qu’aucun risque pour la sécurité n’avait été mis à jour durant l’essai clinique, mais attendait plus d’information de l’agence des médicaments britannique.

Les régulateurs britannique, européen et de l’Agence mondiale de la Santé (OMS) passent en revue les données relatives au vaccin et à une association potentielle à des thromboses.

Depuis plusieurs semaines des suspicions sont apparues sur de possibles effets secondaires graves, mais rares, après l’observation chez des personnes vaccinées avec AstraZeneca de cas de thromboses atypiques.

Précaution de mise

Par précaution, plusieurs pays ont décidé de ne plus administrer ce vaccin en-dessous d’un certain âge, comme la France, l’Allemagne et le Canada. La Norvège et le Danemark ont carrément suspendu son utilisation pour l’instant.

L’université d’Oxford affirme dans une déclaration que « bien qu’aucun risque pour la sécurité lors de l’essai clinique pédiatrique n’a été observé, nous attendons davantage d’information du régulateur britannique des médicaments sur son évaluation des rares cas de thromboses qui ont été rapportés chez les adultes, avant de vacciner davantage dans l’essai clinique».

Sept personnes ayant reçu le vaccin anti-Covid AstraZeneca sont décédées de caillots sanguins au Royaume-Uni, sur un total de 30 cas identifiés jusqu’ici, a indiqué samedi l’agence britannique du médicament (MHRA).

Sur les 30 cas enregistrés jusqu’au 24 mars inclus, «sept malheureusement sont décédés», a indiqué la MHRA dans un communiqué transmis à l’AFP.

Le régulateur a précisé avoir reçu, à cette date, les signalements de 22 cas de thromboses veineuses cérébrales et de huit autres cas de thromboses associées à un déficit de plaquettes, sur un total de 18,1 millions de doses administrées.