FOOTBALL

Alain Dheur: «Un homme fantastique»

Alain Dheur: «Un homme fantastique»

Durant de nombreuses années, Roland Docquier et Alain Dheur ont été inséparables. MASSON

L’ancien entraîneur du RFC Huy voulait adresser un dernier message à son grand ami. Un discours empli de tristesse.

Ce lundi soir, lorsque nous avons appris le décès de Roland Docquier, l’un de nos premiers réflexes fut d’essayer de joindre Alain Dheur, l’homme qui l’a côtoyé durant de nombreuses années. Malheureusement, un problème technique nous a empêchés de toucher l’ex-entraîneur à succès du RFC Huy.

Cependant, il a tout de même tenu à rendre un dernier hommage à son ami dans nos colonnes. «La mort de Roland, c’est une énorme période de ma vie qui vient de partir, résume Alain Dheur, toujours très touché. Il représentait tout pour moi. D’ailleurs, je dis toujours qu’on a passé plus d’heures ensemble qu’avec nos femmes. »

Alain Dheur a 19 ans lorsqu’il croise pour la première fois la route de Roland Docquier, de cinq ans son aîné. Ce dernier entraîne alors les juniors provinciaux hutois, où évolue le papa d’Axel. «Il était encore jeune, mais avait déjà cette fibre d’entraîneur. C’était un meneur d’hommes extraordinaire et, au-delà de ça, un homme vraiment fantastique, raconte celui qui fut ensuite T2 de son mentor quelques années plus tard. Et quand je suis devenu entraîneur principal, il était encore directeur technique à Huy. »

Une amitié longue de quarante ans durant laquelle les deux comparses auront travaillé main dans la main. «On voyait quatre ou cinq matchs par week-end, on mangeait des frites sur un parking, nous étions vraiment tout le temps ensemble, se souvient Alain Dheur, des trémolos dans la voix. Nous étions un peu comme Tintin et Milou. D’ailleurs, il est le parrain de mon fils Axel, cela veut tout dire. On ne choisit pas un parrain par hasard, mais parce qu’il correspond à ce qu’on aime. S’il m’était arrivé quelque chose, je sais que Roland aurait été là pour Axel. »

Malheureusement, depuis 2015 et une brouille à cause d’un transfert, les deux hommes ne s’étaient plus parlé. Un énorme regret pour Alain Dheur. «J’aurais voulu aller lui dire bonjour. Je me le suis encore dit il y a quinze jours, le seul regret que j’ai de mon passage à Huy, c’est cette dispute avec Roland, souffle-t-il. J’aurais vraiment dû laisser mon caractère de cochon de côté. Maintenant, c’est trop tard… J’irai lui dire un dernier au revoir, c’est certain. Roland était vraiment un gros nounours. Il pouvait vous crier dessus et puis vous enlacer quelques instants plus tard. Je tiens à le remercier pour tout ce qu’il m’a apporté. On avait une énorme complicité, un gros respect mutuel. »

Un vibrant hommage…