AUDERGHEM

New Rock escalade le viaduc Herrmann-Debroux: une «salle» de bloc extérieure sous l’autoroute

New Rock escalade le viaduc Herrmann-Debroux: une «salle» de bloc extérieure sous l’autoroute

La salle d’escalade New Rock, à Auderghem, a tracé des voies de grimpe sur des parois érigées sous le viaduc Herrmann-Debroux. De quoi contourner les piliers et… l’interdiction du sport en intérieur. New Rock via Facebook

Le sport extérieur est permis: pourquoi donc ne pas déplacer les sportifs en plein air? Impossible pour une piscine mais pas pour… une salle d’escalade. New Rock, à Auderghem, s’installe sous le viaduc Herrmann-Debroux, à deux pas de son QG.

Des taches multicolores s’épinglent depuis quelques jours sur les piliers du viaduc Herrmann-Debroux à Auderghem. Ces confettis arc-en-ciel n’ont rien à voir avec le carnaval, ni avec une chasse aux œufs: c’est la salle d’escalade New Rock, bien connue des grimpeurs bruxellois, qui prend ses quartiers au carrefour entre l’avenue Louis Dehoux et la Chaussée de Watermael.

L’initiative est née de la possibilité de pratiquer son sport à l’extérieur. En Belgique, les mesures actuelles ne permettent en effet qu’aux professionnels ou aux enfants de moins de 12 ans de s’entraîner à l’intérieur. Pour le plein air par contre, les sportifs peuvent s’en donner à cœur joie ou presque, tant qu’ils respectent la bulle de 4 personnes autorisée.

3 zones de 4m de haut

Légalement donc, rien ne s’oppose à la pratique de l’escalade au grand air. Ou en tout cas à l’air libre, s’agissant d’un des axes automobiles les plus fréquentés du pays. Forts de ce constat, les exploitants de la salle du bord du viaduc Herrmann-Debroux ont demandé les autorisations nécessaires pour investir le petit espace délaissé aux abords de leur QG. La Commune d’Auderghem puis la Région bruxelloise ont ainsi donné leur feu vert, avant que Bruxelles Mobilité, propriétaire de l’infrastructure de béton qui voit passer des milliers d’automobilistes chaque jour, n’accepte elle aussi de voir ses piliers vissés de centaines de prises.

Le bois a été débarqué sur site dès le 22 mars: les parois de grimpe ne s’agrippent pas sur les piliers du viaduc eux-mêmes, mais sont tracées sur des structures d’aggloméré conçues par les exploitants de la salle et leurs sympathisants. En moins de 2 semaines, les murs ont été érigés et dès le 2 avril, quelques voies ont été dessinées. Ce ne sont pas des falaises alpines, mais au moins, c’est raide. Et pour s’y arrimer, pas besoin de passer la frontière… régionale. L’infrastructure propose 3 zones d’escalade de 4m de haut. Il s’agit de bloc, une discipline qui n’exige pas d’être assuré: si vous tombez, vous chutez sur de lourds matelas de mousse.

Un site extérieur prolongé?

Ainsi, selon la règle de la bulle de 4, New Rock version outdoor accueille 12 grimpeurs en même temps sur des tranches horaires de 1h30. Soit 90 personnes par jour d’après nos confrères de BX1. Le site, ouvert depuis ce 6 avril, n’est pas en accès libre: il faut réserver via la page dédiée de la salle. Son copropriétaire, Kevin Lévêque, confie d’ailleurs à BX1 qu’il faudra être «au taquet» car la demande risque de largement dépasser l’offre tant que les mesures covid n’évoluent pas.

L’accord entre New Rock et les autorités permet une exploitation de 3 mois. Mais la salle annonce qu’elle a introduit les démarches pour pérenniser ce site extérieur.